COMBLER LE « DÉFICIT D’UTILISATION » DU MOBILE EST ESSENTIEL POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

10 min de lecture

Le septième rapport annuel de la GSMA sur l’impact des objectifs de développement durable (ODD) montre que l’inclusion numérique est essentielle aux progrès des ODD

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

NEW YORK, 23 septembre 2022 /PRNewswire/ — Combler le « déficit d’utilisation » de l’Internet mobile devrait être une priorité pour les pays qui cherchent à atteindre les ambitieux objectifs de développement durable des Nations Unies, selon le septième rapport annuel de la GSMA sur l’impact de l’industrie mobile : objectifs de développement durable.

Le rapport montre que, six ans après être devenu la première industrie à s’engager en faveur des ODD, le secteur mobile continue d’augmenter sa contribution à la réalisation des 17 objectifs. Cependant, malgré l’engagement continu des opérateurs mobiles en faveur du Programme 2030, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Les conflits mondiaux, la pauvreté alimentaire et énergétique croissante, l’incertitude économique et les répercussions continues de la COVID-19 créent des vents contraires importants, qui menacent actuellement les progrès des ODD à l’échelle mondiale. Face à ces défis, le rapport souligne le rôle crucial que la connectivité mobile et les technologies connectées peuvent jouer en tant que catalyseurs, en aidant les pays à « mieux construire l’avenir » dans leur quête de reprise économique et de résilience.

Dans de nombreux pays, notamment ceux à revenu faible ou intermédiaire, le mobile est le principal moyen d’accéder à Internet. Les investissements des opérateurs mobiles dans les infrastructures de réseau ont contribué à réduire le « déficit de couverture »[1] des réseaux mobiles à haut débit, qui est passé de 1,4 milliard de personnes en 2015 à 400 millions en 2022, contribuant ainsi fortement à une série d’indicateurs des ODD.

Cependant, environ 3,2 milliards de personnes couvertes par les réseaux sont toujours incapables de récolter les bénéfices de cette connectivité, en raison du manque de compétences, de connaissances, d’accessibilité financière, de contenus pertinents et d’autres facteurs. Ce « déficit d’utilisation » apparaît rapidement comme l’un des principaux « freins » au progrès économique et social dans le monde.

Le rapport montre comment les personnes ayant accès à des réseaux rapides et fiables peuvent rester en contact avec leurs amis et leur famille, travailler à distance, accéder aux services d’éducation et de santé, créer des entreprises innovantes, améliorer leur efficacité et réduire leurs émissions de carbone. Ceux qui n’y ont pas accès, en revanche, sont les plus vulnérables aux perturbations économiques et sociales et risquent de prendre encore plus de retard à mesure que le monde émerge de la pandémie, d’autant que les services en ligne font de plus en plus partie intégrante de la société.

Jose-Maria Alvarez Pallete, PDG de Telefonica et président de la GSMA, a déclaré : « Dans un monde où les conflits, l’insécurité alimentaire et l’incertitude économique sont en tête de l’agenda mondial, le mobile n’a jamais eu un rôle aussi important à jouer. Le rapport de la GSMA sur l’impact des ODD démontre l’impact transformationnel des communications dans la lutte contre ces énormes défis, en agissant comme un catalyseur de changements positifs et en réalisant des progrès significatifs. »

Le directeur général de la GSMA, Mats Granryd, a déclaré : « L’Assemblée générale des Nations Unies à New York cette semaine est un rappel puissant de l’importance de l’action collective face aux défis mondiaux croissants. Les ODD restent une boussole pour le progrès mondial, et l’industrie mobile est fière d’être à la fois un défenseur de ces objectifs et un catalyseur essentiel de leur réalisation. »

« La connectivité mobile et l’inclusion numérique sont des outils essentiels pour atteindre les objectifs ambitieux énoncés dans le Programme 2030 et aider le monde à faire face aux vents contraires de l’inégalité, de la pauvreté et des conflits mondiaux. Nous exhortons les décideurs politiques à s’attaquer aux obstacles qui limitent les investissements du secteur privé dans les réseaux mobiles de haute qualité et à contribuer à combler le « déficit d’utilisation » qui empêche tant de personnes de réaliser leur potentiel dans notre monde de plus en plus connecté. Ensemble, nous pouvons exploiter le pouvoir de la connectivité comme catalyseur de la reprise économique, du progrès social et de l’inclusion numérique, en améliorant la vie de millions de personnes dans le monde. »

Les contributions de l’industrie mobile aux ODD

  • L’industrie mobile a augmenté son impact sur les 17 ODD en 2021, l’augmentation moyenne d’une année sur l’autre s’accélérant par rapport à 2020. Le score moyen d’impact sur les 17 ODD a atteint 53, contre 49 en 2020 et 32 en 2015, ce qui signifie que l’industrie mobile réalise 53 % de ce qu’elle pourrait potentiellement contribuer aux ODD. Autres faits marquants :
  • Il y a maintenant onze ODD où la contribution du mobile est supérieure à 50, contre six en 2020 et aucun en 2015.
  • L’industrie mobile continue d’avoir son plus grand impact sur l’ODD 9 : Industrie, innovation et infrastructure, grâce à la portée des réseaux mobiles et à l’adoption des services Internet mobiles.
  • Les plus grandes améliorations ont été enregistrées dans la contribution de l’industrie à l’ODD 1 : Pas de pauvreté, ODD 2 : Faim zéro et ODD 4 : Éducation de qualité. Cela s’explique par la proportion croissante de personnes utilisant le mobile pour des activités utiles à la vie quotidienne, comme l’accès aux services publics, la demande et la recherche d’emploi et l’obtention d’informations éducatives pour eux-mêmes ou leurs enfants.

Téléchargez le rapport à l’adresse suivante : https://www.gsma.com/betterfuture/2022sdgimpactreport

Notes à l’intention des rédacteurs :

  • À la fin de 2021, 5,3 milliards de personnes (66 % de la population mondiale) utilisaient un téléphone mobile, tandis que 4,3 milliards de personnes (55 % de la population mondiale) utilisaient également l’internet mobile. Cela comprend plus de 3,3 milliards d’abonnés à l’Internet mobile dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI), où le mobile est le principal et, dans de nombreux cas, le seul moyen d’accès à Internet.
  • Le « déficit d’utilisation » (c’est-à-dire les personnes qui vivent dans des zones couvertes par les réseaux mobiles à haut débit, mais qui ne sont pas connectées) s’est réduit pour la troisième année consécutive, mais s’élève toujours à 3,2 milliards de personnes. L’industrie mobile et ses partenaires continuent de s’attaquer aux causes de ce déficit d’utilisation, qui sont généralement liées à un manque d’accessibilité financière, de connaissances et de compétences, de pertinence, ainsi qu’à des problèmes de sûreté et de sécurité.
  • L’utilisation des activités liées au mobile a atteint de nouveaux sommets en 2021, les abonnés au mobile s’aventurant davantage dans les services en ligne.
  • 3,5 milliards de personnes (67 % des abonnés mobiles) ont utilisé leur téléphone pour passer des appels vidéo en 2021. Cela représente 330 millions de personnes supplémentaires depuis 2020, ce qui facilite le travail à distance et d’autres activités en ligne.
  • 2,5 milliards de personnes (48 % des abonnés mobiles) ont utilisé leur téléphone pour accéder à des informations éducatives pour eux-mêmes ou leurs enfants, ce qui représente une augmentation de 410 millions depuis 2020.
  • 2,1 milliards de personnes (41 % des abonnés mobiles) ont utilisé leur téléphone pour améliorer ou surveiller leur santé, ce qui représente une augmentation de 270 millions depuis 2020.
  • L’utilisation des services liés au mobile est restée considérablement plus faible dans les pays en développement. En moyenne, l’écart entre l’utilisation des services liés au mobile dans les pays à revenu élevé et les PRFI est de 17 points de pourcentage, ce qui souligne l’importance des efforts déployés par les opérateurs pour introduire des contenus plus pertinents au niveau local et moderniser les réseaux afin de permettre l’accès aux services nécessitant une connexion de meilleure qualité.
  • L’industrie mobile continue de progresser en matière de divulgation des données sur l’impact climatique et l’établissement d’objectifs de réduction des émissions. À la fin de 2021, 66 % des opérateurs, en termes de connexions, et 82 %, en termes de chiffre d’affaires, avaient divulgué leur impact sur le climat, tandis que 34 % des opérateurs, en termes de connexions, et 44 %, en termes de chiffre d’affaires, avaient fixé des objectifs de réduction des émissions de carbone afin d’atteindre un niveau net zéro d’ici 2050.
  • Les technologies mobiles et numériques pourraient permettre de réaliser un peu moins de 40 % des réductions de CO2 requises d’ici 2030 dans les quatre secteurs les plus émetteurs. Ces quatre secteurs (la fabrication, l’électricité et l’énergie, les transports et les bâtiments) représentent 80 % des émissions mondiales.
  • L’émission d’obligations de développement durable a connu une forte croissance dans le secteur mobile. Cela montre que les opérateurs obtiennent de plus en plus de financements sur la base de la réalisation d’objectifs sociaux et environnementaux, plutôt que purement financiers.
  • Étant donné que les parties prenantes deviennent plus intelligentes et plus perspicaces en ce qui a trait aux déclarations ESG, une approche efficace et cohérente de la mesure et de la communication des performances est plus importante que jamais. La GSMA a récemment lancé les mesures ESG pour le mobile, un cadre de production de rapports ESG pour le secteur mobile, le premier du genre, qui comprend dix indicateurs clés de performance (ICP) propres au secteur. Les ICP permettront aux parties prenantes de mieux comprendre les nuances et les contextes de l’industrie, et créeront des opportunités pour le secteur de démontrer son impact d’une manière plus cohérente.

À propos de la GSMA
La GSMA est une organisation mondiale unifiant l’écosystème mobile pour découvrir, développer et fournir des innovations fondamentales pour des environnements commerciaux positifs et des changements sociétaux. Notre vision est de libérer toute la puissance de la connectivité afin que les personnes, l’industrie et la société prospèrent. Représentant les opérateurs mobiles et les organisations de l’écosystème mobile et des industries adjacentes, la GSMA propose à ses membres trois grands piliers : Connectivité pour le bien, Services et solutions de l’industrie et Sensibilisation. Cette activité comprend l’avancement des politiques, la résolution des plus grands défis sociétaux d’aujourd’hui, le soutien de la technologie et de l’interopérabilité qui font fonctionner le mobile, et la fourniture de la plus grande plateforme au monde pour réunir l’écosystème mobile lors des séries d’évènements MWC et M360.

Nous vous invitons à en savoir plus sur gsma.com

Contacts pour les médias
Bureau de presse de la GSMA
pressoffice@gsma.com

[1] Le « déficit de couverture » renvoie aux personnes qui vivent en dehors des zones couvertes par les réseaux mobiles à haut débit

Cision View original content:https://www.prnewswire.com/news-releases/combler-le–deficit-dutilisation–du-mobile-est-essentiel-pour-atteindre-les-objectifs-de-developpement-durable-301631936.html