Royaume-Uni : l’économie se contracte de 0,1 % au T2 2022

Selon l'analyste Hussain Mehdi, il est presque impossible de conjurer la récession à présent. Voici tous les détails.

Royaume-Uni : l’économie se contracte de 0,1 % au T2 2022
2 min de lecture

Le produit intérieur brut du Royaume-Uni s’est contracté de 0,1 % au deuxième trimestre après avoir connu une expansion de 0,8 % pendant la période précédente, indiquent les données officielles.

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

La baisse du PIB survient alors que le pays est confronté à de nouvelles hausses potentielles des taux d’intérêt. Selon un article du Guardian, le gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre, Dave Ramsden, a récemment déclaré que son institution devra probablement relever les taux d’intérêt, qui sont actuellement à leur plus haut niveau depuis 14 ans, pour faire face aux pressions inflationnistes.

Pourquoi cela est important

Une hausse des taux d’intérêt nuit à la capacité des entreprises à emprunter davantage de fonds ou à rembourser la dette existante, ce qui ralentit l’économie.

Selon le Bureau des statistiques nationales, en termes de production, les services ont diminué de 0,4 % au deuxième trimestre, la contribution négative la plus importante provenant des activités de la santé humaine et de l’action sociale, reflétant une réduction des activités liées à la Covid-19.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Une baisse de 0,2% de la consommation réelle des ménages a été enregistrée, selon le communiqué.

Les statistiques mensuelles

Les estimations mensuelles montrent que le PIB a diminué de 0,6 % en juin, après une révision à la baisse de 0,4 % en mai.

L’opinion de l’expert

Hussain Mehdi, stratège en macroéconomie et en investissement chez HSBC Asset Management, a déclaré à CNBC que la croissance du Royaume-Uni stagne, car l’économie est confrontée à une forte contraction des revenus réels dans un contexte d’inflation et de taux d’intérêt élevés. « Dans un tel contexte, il sera difficile d’éviter la récession, surtout avec les risques de hausse des prix de l’énergie à l’approche de l’hiver », a-t-il conclut.