Les États-Unis augmentent le salaire minimum

Après avoir garanti un salaire horaire 15 $ aux travailleurs contractuels du gouvernement fédéral, le président américain envisage d’étendre cette mesure à tous les salariés.

États-Unis : Joe Biden augmente le salaire minimum
4 min de lecture

Après des décennies de croissance par à-coups, les salaires ont finalement commencé à augmenter en 2021, alors qu’un nombre record de postes de travaille restent vacants aux États-Unis.

Mardi, Joseph Brusuelas, économiste en chef de RSM US LLP, a déclaré que l’ère de la main-d’œuvre excédentaire touchait à sa fin et qu’un salaire minimum de 15 dollars deviendrait la nouvelle norme dans l’économie post-pandémique, car les périodes de confinement ont donné aux travailleurs l’occasion de réfléchir si leurs emplois mal rémunérés valent ou non leur temps. L’explosion des achats en ligne et un salaire de base de 15 dollars garanti aux employés d’Amazon.com, Inc. (NASDAQ:AMZN) mettent le point à une période de 40 ans de monopsone, poursuit l’expert.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Briser le monopsone

Un monopsone est marché dans lequel il n’est qu’un seul acheteur d’un produit fabriqué par une multitude de vendeurs. L’un des plus grands exemples historiques est celui des villes minières de la Virginie-Occidentale, explique l’économiste.

Ces dernières années, les entreprises modernes de vente au détail et de restauration ont créé des monopsones dans les petites villes américaines, vendant à des prix inférieurs aux concurrents locaux et les poussant à la faillite.

Des entreprises comme Walmart Inc (NYSE:WMT), Rite Aid Corporation (NYSE:RAD) et McDonald’s Corp (NYSE:MCD) ont créé des monopsones dans différentes régions des États-Unis. Dans de nombreux cas, les travailleurs des petites villes n’avaient d’autre choix que de travailler pour les relais locaux de ces géants, acceptant le salaire qu’ils étaient prêts à payer.

L’histoire du salaire minimum aux États-Unis

Lorsque le salaire minimum a été introduit en 1933, il était fixé à 50 % du taux de rémunération national moyen de 50 centimes par heure. Le SMIC est resté à 50 % du taux national moyen de 2,50 dollars l’heure en 1964, poursuit Brusuelas, ajoutant qu’en 2019, il était malheureusement tombé à seulement 30 % de la moyenne horaire nationale.

« Alors que les emplois manufacturiers ont commencé à disparaître de l’économie américaine dans les années 1980, les employeurs ont fait face à moins de concurrence pour les postes restants. Et parce que les foyers à bas revenu n’ont pas les moyens de déménager dans des zones mieux rémunérées, il y avait beaucoup de travailleurs volontaires tant que leur nouvel emploi leur rapportait quelque chose au-dessus du salaire minimum », explique-t-il.

Conséquences de la hausse des salaires

Maintenant, cette dynamique semble évoluer en faveur des employés, mais un SMIC de 15 dollars pourrait avoir des effets secondaires. La montée des coûts salariaux se répercutera sur les consommateurs sous la forme de prix plus élevés. Pourtant, l’augmentation du salaire minimum devrait être un facteur nettement positif pour l’économie, étant donné que les foyers à bas revenus sont plus susceptibles de dépenser leur budget supplémentaire pour la nourriture, le logement et d’autres nécessités que les familles plus aisées.

« Imaginons que le coût d’un Big Mac augmente et, par conséquent, l’addition dans votre restaurant local aussi, car l’employeur doit tenir compte de la hausse de la rémunération du gardien. Par contre, les allocations publiques destinées au soutient des foyers les plus démunis devraient diminuer », conclut Brusuelas.

L’opinion de Benzinga

Début d’octobre, le département du Travail des États-Unis avait signalé que la croissance des salaires s’accélérait en septembre, marquant une hausse de 4,6 % par rapport à la même période en 2020. Le SPDR S&P 500 ETF Trust (NYSE:SPY) a généré un rendement total de 17,4 % depuis janvier 2021, ce qui suggère que les investisseurs ne sont pas encore préoccupés par la hausse des salaires.

La prochaine saison des résultats du troisième trimestre fournira des informations importantes et plus précises sur l’impact de l’augmentation des frais de main-d’œuvre sur les bénéfices d’entreprise.