TSMC développera ses nouvelles puces au Japon

Le dernier projet du fournisseur d’Apple impliquera plus de 20 entreprises japonaises.

TSMC développera ses nouvelles puces au Japon
2 min de lecture

Le gouvernement japonais est sur le point de signer un partenariat avec Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (NYSE:TSM), la plus grande fonderie de puces au monde, afin de développer des technologies de pointe dans la fabrication de puces, a rapporté lundi le Nikkei Asia.

Ce qui s’est passé : Selon le magazine financier, TSMC vise à supporter environ 337 millions de dollars (soit 37 milliards de yens) – environ la moitié du coût du projet – et plus de 20 entreprises japonaises, dont Ibiden, Asahi Kasei, Shin-Etsu Chemical et Shibaura Mechatronics, participeront au programme.


Cette décision s’inscrit supposément dans le cadre du plan du gouvernement local de combattre le déclin de l’industrie japonaise des semi-conducteurs sur le marché mondial.

La coentreprise commencera cet été la construction d’un centre d’essai au sein de l’Institut national des sciences et technologies industrielles avancées, situé dans la ville de Tsukuba de la préfecture d’Ibaraki

Les travaux de recherche et développement devraient démarrer dès 2022, révèle le rapport, ajoutant que, probablement, le Japon coopère avec TSMC à condition que ce dernier installe l’une de ses usines dans le pays.

Pourquoi cela est important : La société taïwanaise de semi-conducteurs, qui s’inscrit également parmi les fournisseurs clés d’Apple Inc (NASDAQ:AAPL), vise à fabriquer les puces les plus puissantes et les plus sophistiquées de demain, en s’appuyant sur l’expertise des entreprises japonaises dans les matériaux et les équipements de production.

Les semi-conducteurs peuvent atteindre une puissance de traitement de plus en plus importante dans certains domaines cruciaux où l’industrie des puces approche ses limites, telles que l’amincissement des fils, et où, au contraire, les entreprises japonaises ont un avantage, a remarqué le Nikkei.

La création d’une usine de production TSMC au Japon pourrait être la condition sine qua non sur laquelle repose l’intégralité du projet de coopération.

Mouvement des prix : L’action TSMC a clôturé vendredi en hausse de 1,4% à 117,36 dollars.

Image réalisée par MichaelWu, disponible sur Flickr