La plus grande étude mondiale jamais réalisée révèle une forte demande des consommateurs pour davantage d’informations sur la religion et la foi, mais aussi des entraves du côté des journalistes et des rédacteurs

10 min de lecture

NEW YORK, 20 septembre 2022 /PRNewswire/ — La plus grande étude jamais réalisée sur la foi et les médias dans le monde est lancée aujourd’hui. Elle porte sur la couverture de la foi et de la religion dans les médias. Elle révèle une forte demande à travers le monde pour une plus grande couverture médiatique de la foi, malgré le fait que les journalistes et les rédacteurs en chef admettent que la couverture de ces sujets est rarement encouragée dans les salles de rédaction.

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

L’étude recueille l’avis de 9 000 citoyens du monde ainsi que de journalistes et rédacteurs en chef de 18 pays couvrant les principales religions du monde. L’étude a été commanditée par la Faith and Media Initiative (FAMI) et menée par la société d’études de marché internationale HarrisX.

L’étude reflète le sentiment de la population générale selon lequel la couverture médiatique peut perpétuer les stéréotypes liés à la foi plutôt que de l’en protéger. Elle expose également certains des facteurs qui, selon les journalistes et les rédacteurs, peuvent conduire à des stéréotypes religieux et confessionnels dans la couverture de l’actualité.

L’étude indique également que tous les journalistes et rédacteurs en chef reconnaissent que la couverture de la foi et de la religion doit être remise à zéro. Elle donne un aperçu détaillé de l’ensemble complexe de facteurs qui ont créé le statu quo actuel en matière de couverture éditoriale.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

« Les données révèlent que la foi et la religion sont un élément central de l’identité personnelle dans le monde, 82 % des personnes interrogées se considérant comme étant croyantes, religieuses ou spirituelles », a déclaré Dritan Nesho, PDG de HarrisX. Pourtant, les journalistes avec lesquels nous nous sommes entretenus pensent que la couverture de la foi et de la religion est de plus en plus marginalisée pour des raisons allant de l’économie des salles de rédaction à la crainte de ‘se tromper’.

« En fin de compte, la recherche met en évidence un déficit mondial évident dans la couverture, le traitement et la qualité de la compréhension de la foi et de la religion dans les médias modernes. » a ajouté Nesho.

Les principales conclusions de l’étude mondiale sur la foi et les médias sont les suivantes :

Les citoyens du monde entier reconnaissent la nécessité d’une meilleure représentation de la foi et de la religion dans les médias

  • 63 % des personnes interrogées dans le monde ont déclaré qu’un contenu de haute qualité sur la foi et la religion était nécessaire dans leurs pays respectifs.
  • 53 % des personnes dans le monde pensent que la couverture médiatique ignore activement la religion en tant qu’aspect de la société et de la culture actuelles.
  • 59 % des personnes dans le monde pensent qu’il est important que les médias d’information reflètent un ensemble diversifié de perspectives religieuses dans leur contenu et leurs reportages.
  • 56 % des personnes dans le monde conviennent qu’il devrait y avoir une couverture plus nuancée des questions religieuses complexes.

Les stéréotypes religieux sont une préoccupation mondiale en ce qui concerne la couverture de la foi et de la religion

  • 61 % des personnes dans le monde déclarent que la couverture médiatique perpétue souvent les stéréotypes religieux au lieu de les combattre et de s’en protéger.
  • 53 % des personnes dans le monde pensent que les stéréotypes religieux devraient recevoir le même niveau d’attention que les autres stéréotypes dans les médias.

Des porte-parole plus variés sont nécessaires pour représenter la foi et la religion dans la couverture médiatique

  • Plus de 80 % des personnes dans le monde estiment que les groupes confessionnels et religieux doivent fournir aux médias des porte-parole plus variés.
  • Les journalistes et les rédacteurs en chef reconnaissent l’existence d’un problème de stéréotypes religieux dans la couverture médiatique et notent que le manque de sources médiatiques et de porte-parole variés pour les organisations religieuses est une question importante qui, selon eux, perpétue le problème.

Les médias s’accordent à dire que la couverture éditoriale de la foi et de la religion est devenue plus marginale

  • La Global Faith and Media Study met en lumière l’ensemble complexe de facteurs qui ont influencé la manière dont la foi et la religion sont couvertes par les médias, sur la base d’entretiens directs avec des journalistes.
  • Les personnes interrogées ont toutes décrit une marginalisation continue de la couverture médiatique de la foi et de la religion et ont cité de nombreux facteurs d’influence donnant lieu à des reportages de plus en plus déséquilibrés :
    • L’économie des salles de presse : Les médias interrogés ont fait état de budgets serrés entraînant un manque de journalistes spécialisés dans les salles de presse. Ils ont cité un « vide » de spécialités au sein des équipes de presse, laissant aux généralistes le soin de couvrir les sujets, y compris la foi et la religion.
    • La peur de se tromper : Les médias ont décrit une « peur » générale dans les salles de rédaction concernant la couverture de la religion. À une époque définie par certains comme une période où la religion est de plus en plus politisée, la couverture des nouvelles – souvent à toute vitesse – entraîne l’acceptation tacite qu’il est impossible de couvrir le sujet avec un niveau de nuance et de sensibilité compte tenu du temps et des ressources disponibles.
    • Diversité et dynamique des salles de presse : Les médias interrogés dans toutes les régions ont noté que les équipes des salles de rédaction représentent rarement la pluralité des opinions religieuses dans la société, ce qui entraîne une autolimitation dans l’exploration de l’agenda religieux. Les journalistes ayant un fort passé religieux ont le sentiment qu’ils pourraient être jugés négativement s’ils couvraient des sujets liés à leur foi ou à leur religion, car ils craignent que cela ne remette en question leur impartialité et ne nuise à leur réputation dans la salle de presse.
    • Des clics pour la controverse : Les médias interrogés s’accordent à dire que la foi et la religion ne sont pas considérées comme des moteurs de l’engagement des lecteurs. Les rédacteurs en chef encouragent rarement les articles dans ce domaine, sauf s’ils correspondent à un récit de controverse, de dissidence ou de scandale. Cela va à l’encontre des 63 % de personnes qui, dans le monde, ont déclaré qu’un contenu de qualité sur la foi et la religion était nécessaire dans leurs pays respectifs.
    • Le manque de porte-parole aggrave les stéréotypes religieux : Les médias interrogés ont identifié les stéréotypes comme un problème, le manque de variété des sources et des porte-parole des groupes religieux étant considéré comme un facteur important qui perpétue le problème. De nombreux médias affirment que la religion est le plus souvent positionnée comme une force conservatrice ou extrême dans la couverture éditoriale et suggèrent que cela explique la tendance à rechercher des porte-parole au franc-parler par rapport à ceux qui se situent dans la moyenne ou dans le courant dominant.

« Cette étude mondiale inédite sur les attitudes des gens, des journalistes et des rédacteurs en chef à l’égard de la couverture de la foi et de la religion dans les médias servira de tremplin à un changement positif », a déclaré Brooke Zaugg, vice-présidente de The Faith and Media Initiative. « Ces nouveaux résultats mettent en lumière le besoin urgent d’offrir aux leaders religieux un meilleur accès au pouvoir et à la portée des médias d’information, et aux médias une ligne directe vers les leaders religieux pour une meilleure compréhension des croyances dans le contexte de la société moderne. « En unissant nos forces, nous pouvons mieux servir l’humanité en assurant une représentation plus précise et plus équilibrée de toutes les religions dans le journalisme et le divertissement à travers le monde »

Vous pouvez suivre la conversation pour FAMI sur : TwitterFacebookInstagram, #faithandmedia, #FAMI et pour HarrisX : Twitter et LinkedIn

Pour les demandes de renseignements des médias, veuillez contacter :

Perri Dorset, Rakhee Rathod et Leila Hrycyszyn sur : HarrisX@transatlanticent.com

Corinne Gorda sur : Corinne@rokksolutions.com

À propos de la Global Faith and Media Study
La Global Faith and Media Study représente les opinions de 9 489 entretiens quantitatifs réalisés entre août et septembre 2022. Les enquêtes ont été menées dans 18 pays du monde, avec des régions sélectionnées pour couvrir les principales religions du monde en Amérique du Nord, en Europe, en Amérique du Sud, en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. En outre, les points de vue des médias d’information ont été recueillis par le biais de 30 entretiens qualitatifs approfondis avec des journalistes et des rédacteurs en chef dans la même zone géographique. Pour télécharger le rapport complet, veuillez consulter : http://index.faithandmedia.com/data.

L’étude est le premier rapport phare de la nouvelle plateforme The Faith and Media Index, lancée par The Faith and Media Initiative, qui s’associe aux institutions les plus respectées au monde pour construire une plateforme solide de recherche et de données. L’index comprendra des aperçus originaux sur le paysage mondial de la foi et des médias, une identification précoce des tendances et des possibilités de collaboration, ainsi qu’une ressource de données solide pour les journalistes, les éditeurs et les créateurs de contenu. Le premier numéro de The Global Faith and Media Study a été financé, en partie, par une subvention de la Fondation Radiant.

À propos de la Faith and Media Initiative
La Faith and Media Initiative (FAMI) est un organisme à but non lucratif qui met en relation et fournit des ressources à un réseau mondial et diversifié de membres des médias, de créateurs de contenu, de responsables religieux et de membres de la communauté qui travaillent ensemble pour garantir une représentation précise et équilibrée de toutes les confessions dans le divertissement et le journalisme. Jusqu’à présent, le travail a été mené par un groupe de travail exploratoire, comprenant divers experts de la foi, des médias, du monde universitaire et des affaires. Le groupe de travail s’est engagé à élaborer des stratégies de changement – de la création de coalitions à la formation à la fluidité, en passant par la recherche et la reconnaissance des personnes et des entreprises qui ouvrent la voie. De plus amples informations sur la Faith and Media Initiative sont disponibles ici.

À propos de HarrisX
HarrisX est une société de conseil en recherche de premier plan qui réalise d’importantes études de marché, des sondages de politique publique et des études de sciences sociales dans plus de 40 pays à travers le monde. Il fait partie de Stagwell Global et est la société sœur du Harris Poll, qui réalise des sondages d’opinion publique au niveau international depuis 1963.

Faith & Media Initiative

 

HarrisX