Elon Musk, Neuralink et la critique de Mark Zuckerberg

Le co-créateur de Facebook pense que les « personnes normales » refuseront (au moins dans un avenir proche) l'implantation de puces Neuralink dans leur cerveau.

Elon Musk, Neuralink et la critique de Mark Zuckerberg
3 min de lecture

Le PDG de Meta Platforms, Inc (NASDAQ:META), Mark Zuckerberg, a participé à l’émission « The Joe Rogan Experience » de Joe Rogan, le 25 août, pour discuter des plans de recherche et de développement de produits du géant de la technologie, qui poursuit son lancement dans le Métavers.

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

Après avoir évoqué les plans d’investissement de la société mère de Facebook, qui prévoit d’allouer plus de 10 milliards de dollars à la recherche sur différentes technologies, telles que la réalité virtuelle, les dispositifs de réalité augmentée et les plateformes informatiques, M. Zuckerberg s’est montré enthousiaste à l’idée de parler des interfaces neuronales.

« Il faut absolument aborder ce sujet », s’est-il exclamé devant Rogan.

Ce qui s’est passé

« En gros, il y a le feedback que vous donnez à l’ordinateur, puis il y a les informations que l’ordinateur vous transmet, et vous pouvez séparer les deux », a commencé le PDG de Meta, expliquant les deux différentes manières de fonctionnement des interfaces neuronales.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Cependant, il a précisé : « Ce n’est pas une technologie sur laquelle nous travaillons.

À mon avis, certaines personnes, comme Elon avec Neuralink et ces entreprises, s’éloignent un peu trop de la réalité, et que leurs systèmes ne seront prêts que dans une vingtaine d’années ».

« Je pense que les personnes normales, dans les 10 ou 15 prochaines années, ne voudront probablement pas se faire installer un truc dans leur cerveau juste pour le plaisir », a poursuivi M. Zuckerberg.

« On veut la version définitive du dispositif, pas celle qui sera beaucoup plus performante l’année prochaine et qui nécessitera une mise à niveau de l’implant cérébral chaque année ».

Au contraire, le co-créateur de Facebook a affirmé qu’il passait du temps à réfléchir à des technologies moins invasives, capables de simplifier l’interaction entre humains en leur permettant de contrôler un appareil à travers des signaux envoyés par des « mouvements super discrets ».

M. Zuckerberg a indiqué que l’une des façons dont un appareil pourrait recevoir des informations du cerveau humain serait par de légers mouvements du bras.

À titre d’exemple, il a expliqué que cette technologie pourrait permettre d’envoyer un message à votre femme pendant une réunion de travail sans que personne ne s’en aperçoive : « Vous verriez le message à travers des lunettes RA et pour répondre, il vous suffira de bouger légèrement le poignet ».

La réponse de Rogan

M. Rogan a évoqué un éventuel impact social négatif de ce nouveau type de technologie.

« Cela semble être une distraction majeure », a-t-il commenté.

La technologie d’aujourd’hui permet à quelqu’un de comprendre quand une autre personne est distraite par son téléphone parce que vous pouvez physiquement la voir utiliser l’appareil, a poursuit l’animateur du podcast.

Mais si une personne lit des messages à l’aide de lunettes RA et répond par de petits mouvements musculaires, « vous ne saurez même pas qu’elle est distraite. Elle ne sera tout simplement pas connectée avec vous ».

L’opinion de Benzinga

L’idée du métavers et la possibilité que la RV et la RA intègrent notre quotidien peuvent sembler insondables pour beaucoup, notamment parce que la technologie semble rendre inutile l’expérience d’une interaction réelle de personne à personne pour vivre et travailler.

La prédiction de M. Zuckerberg, selon laquelle il faudra au moins une décennie pour que les humains adoptent largement la technologie Neuralink de M. Musk, est probablement accueillie favorablement par beaucoup.

Quant aux dispositifs cerveau-ordinateur de Meta Platform, s’il s’est montré indéniablement moins évasif, M. Zuckerberg n’a fourni aucun calendrier quant à la date à laquelle ce type de technologie deviendrait disponible.