Le contrat du PDG de Disney prolongé de trois ans

Bob Chapek restera en charge de la Mouse House après que le CA a voté à l’unanimité la prolongation de son contrat.

Le contrat du PDG de Disney prolongé de trois ans
2 min de lecture

Le colosse du divertissement The Walt Disney Company (NYSE:DIS ) a annoncé mardi la prolongation du contrat de son PDG, Bob Chapek.

Ce qui s’est passé

Comme Benzinga l’avait rapporté précédemment, le conseil d’administration de Disney s’est réuni cette semaine pour son sommet annuel.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Parmi les sujets qui devaient être abordés figurait la prolongation du contrat de Chapek, 61 ans, qui est devenu le PDG de Disney en 2020.

Le conseil d’administration a annoncé mardi qu’il avait voté à l’unanimité pour un renouvellement de trois ans. Le contrat, qui devait expirer en février 2023, durera désormais jusqu’en 2026.

« Disney a été durement touchée par la pandémie, mais avec Bob à la barre, nos activités – des parcs au streaming – ont non seulement résisté à la tempête, mais en sont sorties plus fortes », a commenté Susan Arnold, présidente de Disney.

« Le conseil d’administration s’est engagé à maintenir Disney sur la voie du succès qu’il emprunte aujourd’hui ».

Chapek a remercié les membre du CA dans une déclaration, affirmant que le fait d’être le PDG de la Mouse House était « l’honneur d’une vie ».

Pourquoi cela est important

Si le conseil d’administration a « toute confiance » en Chapek pour l’avenir, il n’en va pas de même pour de nombreux employés de Disney, les visiteurs des parcs à thème et les actionnaires de Disney.

Comme nous l’avons vu précédemment, la gestion du silence de Disney sur les questions LGBTQ+ et la censure dans les films a créé une crise publique et interne majeure.

Une pétition visant à le remplacer a recueilli plus de 100 000 signatures et cite le manque d’intérêt pour les visiteurs des parcs à thème comme une préoccupation majeure, alléguant une priorité des profits sur les personnes.

Enfin, les actionnaires de Disney ont précédemment bénéficié de rendements élevés grâce à l’envolée des noms à forte croissance et à l’association de la société aux acteurs du streaming et de la technologie.

Le titre du colosse du divertissement, qui se rapproche désormais d’un creux de 52 semaines, a perdu plus de 27 % de sa valeur depuis la prise de fonction de Chapek.

Mouvement des prix

Mardi, le cours de l’action Disney a clôturé à 96,20 dollars contre une fourchette de 92,01 à 187,57 dollars.

Photo disponible sur Shutterstock.