27 os humains découverts à Wolseong, à Gyeongju, s’avèrent provenir de sacrifices humains

2 min de lecture

GYEONGJU, Corée du Sud, 21 juin 2022 /PRNewswire/ — Le vrai sens de l’excavation d’os humains : un sacrifice à l’origine de l’histoire.  Le 17 juin dernier, le service de Conservation de l’institut national de recherche sur le patrimoine culturel de Gyeongju a publié un rapport déclarant qu’en réalité, le site d’excavation où des os humains ont été découverts constituait un bon exemple de la mobilisation populaire, des partisans cachés de l’histoire. 

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

En septembre 2021, les ossements d’un individu féminin de petite taille d’une vingtaine d’années et mesurant 135 centimètres ont été mis au jour sous le mur ouest du château de Wolseong, à l’emplacement des palais royaux de Silla.

En outre, des os humains d’un homme et d’une femme d’une cinquantaine d’années, de côtes d’animaux, et d’une poterie contenant un liquide ont également été découverts avec les os humains de l’individu féminin. Il n’y avait pas de traces de tombes, et l’endroit était si propre qu’il est difficile de considérer leurs morts comme accidentelles.

Par la suite, l’institut national de recherche sur le patrimoine culturel de Gyeongju, qui a déjà analysé des objets excavés par le passé, a confirmé qu’une distance d’environ 10 mètres seulement séparait les restes humains de l’individu féminin d’une vingtaine d’années et ceux des quinquagénaires récemment mis au jour des restes humains excavés dans les années 1980 et 1990.

Par conséquent, l’on peut présumer d’une raison spécifique qui expliquerait pourquoi ces gens ont été enterrés ensemble. En examinant différents aspects, l’équipe de fouilles a conclu qu’il s’agissait de traces de « sacrifices humains ».

L’équipe de fouilles s’est concentrée sur le fait que les os humains mis au jour gisaient côte à côte au niveau de la couche inférieure, qui date d’avant la construction d’un mur haut du château.

Pour assurer la sécurité des personnes et l’achèvement d’un château robuste en cours de construction, des êtres humains ont été sacrifiés.

Le mur du château de Wolseong reste aujourd’hui, après 1 500 ans, imprégné de ces efforts cachés.  En regardant de plus près Wolseong et en pensant au sacrifice du peuple Silla, on peut retrouver le peuple, les partisans cachés de l’histoire de Silla.

Site web : https://nrich.go.kr/english/index.do