Bourse de Hong Kong, toute l’actu du 3 décembre 2021

Les décision de DiDi de quitter Wall Street fait sombrer dans le rouge Alibaba et d’autres Big Tech chinoises

Bourse de Hong Kong, toute l’actu du 3 décembre 2021
2 min de lecture

Les actions d’Alibaba Group Holding Limited (NYSE:BABA), JD.com Inc (NYSE:JD), Tencent Holdings Ltd (OTC:TCEHY), Baidu Inc (NASDAQ:BIDU) et Xpeng Inc (NYSE:XPEV) se sont négociées en forte baisse aujourd’hui à Hong Kong.

Que se passe-t-il ?

Le cours d’Alibaba, le géant du commerce en ligne fondé par Jack Ma, a chuté de 4,49 % à 117,10 HKD, tandis que celui de son riva,l JD.com, a a perdu 6,73 %, touchant 319 HKD, après que le conseil d’administration de DiDi Global Inc (NYSE:DIDI) a donné le feu vert à l’ouverture de la procédure pour retirer la société de la Bourse de New York.


« Le conseil d’administration a également autorisé l’entreprise à poursuivre la cotation de ses actions ordinaires de classe A à Hong Kong », a annoncé DiDi dans un communiqué de presse.

Les titres des constructeurs chinois de véhicules électriques et des entreprises de technologie avaient également plongé en territoire négatif au moment de la publication de cet article. Xpeng est tombée de 8,4 % à 192 HKD, Tencent a baissé de 2,96 % à 459,60 HKD, alors que Baidu a enregistré – 3,46 % à 142,20 HKD.

L’indice Hang Seng a reculé de 0,49 % à 23 672,60, après avoir clôturé en hausse de 0,55 % jeudi 2 décembre.

Pourquoi ?

En juillet, l’Administration du cyberespace de Chine avait ordonné aux magasins d’applications mobiles de supprimer 25 applis exploitées par DiDi, peu après les débuts de la société à Wall Street. Le régulateur chinois avait également interdit à l’entreprise d’enregistrer de nouveaux utilisateurs.

Selon les sources, DiDi vise à finaliser les sanctions réglementaires d’ici la fin décembre, dans le but de relancer ses plateformes, y compris celle de covoiturage, en Chine avant le nouvel an.

Entre-temps, Alibaba, qui est coté aux États-Unis par le biais d’une entité à intérêts variables, pourrait également rencontrer des difficultés, car la Chine cherche à interdire aux entreprises locales la cotation à l’international à travers ce mécanisme, rapporte Bloomberg. L’introduction d’Alibaba à Hong Kong remonte à novembre 2019.

Chen Weiheng, partenaire de Wilson Sonsini, a déclaré au quotidien South China Morning Post de Hong Kong que « la voie la plus sensée à suivre pour DiDi serait de se lacer d’abord à Hong Kong, puis d’offrir la conversion des ADS en actions négociables de Hong Kong aux actionnaires américains lors de la procédure de décotation [privatisation] aux États-Unis.

Arthur Kroeber, chef de la recherche au sein de Gavekal, a affirmé que la répression de Pékin contre les plateformes en ligne a créé un « climat d’incertitude et de peur », ajoutant que cela aurait un effet néfaste sur le secteur privé du pays au fil du temps.