Lordstown Motors, le titre s’effondre en quelques heures

L’action de la startup de véhicules électriques a plongé de 10 % depuis l’ouverture de la journée de négociation. Voici tout ce qu’il faut savoir.

Lordstown Motors, le titre s’effondre en quelques heures
2 min de lecture

Le titre Lordstown Motors Corp (NASDAQ:RIDE) s’est effondré pendant la séance de négociation après-clôture jeudi 11 novembre.

Hauts et bas

L’action de la startup de véhicules électriques en difficulté avait monté en flèche de près de 24 % pour terminer la journée à 6,89 dollars, sauf chuter de plus de 10 % lors des échanges après-clôture.


Lordstown a perdu 66,2 % de sa valeur depuis le début de l’année.

Pourquoi ?

Le constructeur de véhicules électriques de pré-production a révélé que désormais la production commerciale de son pickup Endurance EV ne commencera qu’au troisième trimestre 2022 et non pas au deuxième, comme elle l’avait précédemment estimé.

Le PDG de la société, Dan Ninivaggi, a attribué le retard à une pénurie de composants et matériaux, ainsi qu’à d’autres défis liés à la chaîne d’approvisionnement.

Le constructeur de véhicules électriques a révélé le retard accumulé dans les résultats financiers au troisième trimestre jeudi, après la clôture du marché. Lordstown a déclaré une perte nette de 95,8 millions de dollars au T3, accompagné d’un chiffre d’affaires s’élevant à zéro. La société a terminé le trimestre avec une trésorerie de 233,8 millions de dollars.

La société basée dans l’Ohio a également annoncé mercredi une modification de son partenariat et de la vente d’actifs avec Hon Hai Precision Industry (OTC:HNHPF), également connue sous le nom de Foxconn.

En effet, la startup vendra à Foxconn son usine dans l’Ohio, concluant une accord avec cette dernière pour la fabrication de son pickup tout électrique Endurance.

Lordstown reste dans le viseur de la Securities and Exchange Commission en raison de déclarations potentiellement fausses ou trompeuses d’anciens dirigeants, y compris l’ancien PDG et fondateur Steve Burns, qui a depuis quitté l’entreprise après des enquêtes internes.

Photo avec l’aimable autorisation de Lordstown Motors