Patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules avec métastases cérébrales : Nouvelles données sur les défis importants pour lesquels les médecins se sentent mal équipés

9 min de lecture

Le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) représente 85 % des cancers du poumon, 40 % des patients présentant un stade avancé, y compris les patients atteints de maladie métastatique. [1]

BRUXELLES, 29 octobre 2021 /PRNewswire/ — Selon une nouvelle enquête réalisée par Ipsos MORI en collaboration avec l’Organisation européenne contre le cancer (OEC), 40 % des prestataires de soins de santé (oncologues et pneumologues) interrogés dans les cinq pays d’Europe et aux États-Unis se sentent moins que bien équipés (c’est-à-dire plutôt, assez mal ou très mal équipés) pour soigner les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) présentant des métastases cérébrales. Le rapport sera présenté à la table ronde de l’OEC.Community 365 sur le cancer métastatique le 27 octobre.


« Les résultats suggèrent ce dont la communauté du cancer du poumon est malheureusement consciente depuis trop longtemps », a déclaré le Dr Matti Aapro, président de l’Organisation européenne contre le cancer. « Alors que les options de traitement se multiplient pour la communauté des patients atteints de CPNPC, il est essentiel que nous relevions rapidement les défis complexes de la coordination des soins pour les patients qui présentent également des métastases cérébrales. Il en va de même pour d’autres cancers, pour lesquels des options précieuses sont soit ignorées, soit non disponibles. »

Malgré les progrès récents, de nombreuses personnes atteintes de CPNPC sont confrontées à un mauvais pronostic, la survie à cinq ans diminuant considérablement à des stades plus avancés de la maladie. Les patients atteints de CPNPC avec des métastases cérébrales ont des besoins de soins uniques qui sont nettement plus complexes pour les patients, les soignants et les prestataires de soins.

« Le traitement des patients atteints de métastases cérébrales est considérablement plus complexe que celui des patients sans métastases cérébrales, et leurs besoins de soutien sont importants », a déclaré Kathy Oliver, coprésidente de l’OEC. Comité consultatif des patients et président et codirecteur fondateur de l’International Brain Tumour Alliance (IBTA).

« Il est impératif que nous travaillions à travers les communautés de défense, clinique et politique pour garantir que les prestataires de soins de santé et les personnes vivant avec des métastases cérébrales puissent accéder à des traitements de haute qualité et à des soins multidisciplinaires. Nous devons nous concentrer sur la façon dont nous pouvons collectivement et mieux répondre aux vastes besoins non satisfaits du double diagnostic difficile du CPNPC avancé et des métastases cérébrales », a ajouté le Dr Anne-Marie Baird, membre de l’OEC. Comité consultatif des patients et président de Lung Cancer Europe.

Les résultats de l’enquête, menée par Ipsos MORI en septembre 2021 auprès de 350 oncologues et pneumologues des États-Unis, de l’Union européenne (quatre pays de l’UE : Allemagne, France, Italie, Espagne) et le Royaume-Uni, ont souligné la complexité du CPNPC et les problèmes auxquels les prestataires de soins et leurs patients sont confrontés : 

  • 40 % des professionnels de la santé interrogés se sentent moins bien équipés (plutôt/assez bien et très mal équipés) pour prendre en charge les patients atteints de CPNPC présentant des métastases cérébrales, et 39 % d’entre eux déclarent qu’il est difficile d’obtenir des tests de biomarqueurs en temps voulu.
  • Trois professionnels de la santé sur quatre interrogés sont d’accord pour dire que la coordination des soins médicaux est plus difficile pour les patients atteints de CPNPC avec métastases cérébrales que pour les patients atteints de CPNPC sans métastases cérébrales.
  • Deux médecins sur cinq (4 %) trouvent difficile d’être ouverts et honnêtes avec le patient si on leur pose des questions difficiles (par exemple sur le pronostic, la probabilité de récidive, etc.)
  • La moitié des professionnels de la santé (51 %) déclarent que fournir un soutien émotionnel et/ou moral au patient, à ses soignants et à sa famille constitue un défi.
  • Au-delà du traitement, le fait de disposer d’un plan de survie est considéré comme important pour les patients, selon 30 % des professionnels de santé interrogés, mais vient derrière l’accent mis sur le soutien psychologique (par exemple, l’accès à des psychothérapeutes/psychologues/conseils) pour les patients (55 %), le soutien pratique pour les soignants (46 %) et le soutien émotionnel pour les soignants (43 %).
  • 52 % des professionnels de la santé interrogés ont indiqué qu’ils manquaient de temps pour discuter de leur maladie avec les patients/soignants, et 44 % ont reconnu que le manque d’informations de qualité aggrave également le défi que représente le traitement de ces patients.

Certains des professionnels de la santé interrogés (24 %) se sont également déclarés insatisfaits de la quantité d’informations disponibles pour les patients et les soignants, ce qui constitue un domaine crucial à améliorer pour répondre aux besoins non satisfaits des patients. Selon les professionnels de santé interrogés, les patients et leurs soignants aimeraient en savoir plus sur leur état de santé en termes de :

  • Espérance de vie (64 %)
  • Gestion des effets secondaires (52 %)
  • Radiothérapies (52 %)
  • Soins palliatifs et de fin de vie (52 %)
  • Avantages et risques du traitement pour une prise de décision éclairée (47 %)
  • Traitements médicaux systémiques disponibles (46 %) Pour plus d’informations sur l’enquête, cliquez ici.

Notes à l’intention des rédacteurs :

1. À propos de l’Organisation européenne contre le cancer 

L’Organisation européenne contre le cancer est la plus grande organisation multi-professionnelle de lutte contre le cancer en Europe. Elle vise à réduire la charge du cancer, à améliorer les résultats et la qualité des soins pour les patients atteints de cancer, grâce à la multidisciplinarité et au multi-professionnalisme. En tant que fédération à but non lucratif d’organisations membres travaillant dans le domaine du cancer au niveau européen, l’Organisation européenne contre le cancer réunit des professionnels de l’oncologie et des patients afin de convenir de politiques, de plaider pour un changement positif et de parler au nom de la communauté européenne du cancer. De plus amples informations sont disponibles ici.

2. À propos du sondage

Les besoins politiques liés au cancer métastatique ont été relativement négligés aux niveaux européen et national. L’Organisation européenne contre le cancer est heureuse de collaborer avec de nombreuses organisations au sein de ses membres et de ses réseaux afin de relever les défis et de mettre en évidence les possibilités d’amélioration des soins pour les patients atteints de cancer métastatique. En préparation de la table ronde Community 365 sur le cancer métastatique, Ipsos MORI a mené une enquête en ligne auprès de 350 participants qui ont choisi de prendre part à l’enquête (oncologues ou pneumologues directement impliqués dans le traitement d’un minimum de cinq patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules au cours des six derniers mois, dont au moins un présente des métastases cérébrales, et exerçant depuis 3 à 30 ans) aux États-Unis (100), au Royaume-Uni (50), en Allemagne (50), en France (50), en Espagne (50) et en Italie (50) entre le 3 et le 27 septembre 2021

En plus de fournir les résultats individuellement pour chacun des six pays, Ipsos a produit un total global basé sur les moyennes des pays. Dans ce cas, les résultats de chaque pays ont le même poids plutôt que les véritables proportions de la population dans les six pays. Les résultats sont disponibles ici.

Cette enquête a été financée par Regeneron et Sanofi pour découvrir les besoins non satisfaits des patients atteints de CPNPC et vivant avec des métastases cérébrales.

3. À propos de la table ronde de Community 365 sur le cancer métastatique

Cette réunion, qui aura lieu le mercredi 27 octobre de 10h00 à 12h30, rassemblera des décideurs politiques, des politiciens, des experts en oncologie et des défenseurs des patients afin de discuter de la mise en œuvre du plan européen de lutte contre le cancer et de la mission de lutte contre le cancer, ainsi que d’autres développements politiques européens relatifs au cancer métastatique.

La table ronde sera l’occasion de présenter les résultats d’une enquête menée auprès de professionnels de la santé en Europe et aux États-Unis, axée sur les besoins non satisfaits des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) présentant des métastases cérébrales. En outre, il étudiera les principaux besoins politiques pour améliorer la qualité des soins fournis aux patients atteints de cancer métastatique et passera également en revue les développements technologiques et pratiques en se référant aux exemples du cancer du sein, de la prostate et du poumon. De plus amples informations sont disponibles ici.

4. À propos du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC)

Le CPNPC est le type de cancer du poumon le plus fréquent, représentant 85 % de tous les diagnostics de cancer du poumon.2

Le cancer du poumon présente le taux de survie à 5 ans le plus faible des autres cancers les plus courants : 18 % seulement, contre 99 % pour la prostate, 89 % pour le sein et 65 % pour le cancer colorectal.3

Une partie des patients atteints de CPNPC présentent des métastases cérébrales. Dans une étude de 2018, des métastases cérébrales ont été observées chez 10,4 % de l’ensemble des plus de 450 000 patients atteints de CPNPC.4

1 Ali, A., Griffin, J., Arnold, A. et Ellis, P, 2021. Survival of Patients with Non-Small Cell Lung Cancer after Diagnoses of Brain Metastases
2 Ali, A., Griffin, J., Arnold, A. et Ellis, P, 2021. Survival of Patients with Non-Small Cell Lung Cancer after Diagnoses of Brain Metastases
3 Lung Cancer Europe. https://www.lungcancereurope.eu/lung-cancer/ 
4 Waqar et al, 2018, Non-small-cell Lung Cancer With Brain Metastasis at Presentation

Contact pour les média
Agnese Abolina, Communication and Community Manager, European Cancer Organisation agnese.abolina@europeancancer.org