Pétrole brut : prix et perspectives futures

Selon les experts, le cours élevé du brut n’est pas viable à long terme : soit que l'offre augmenter, soit que la demande diminue, les prix baisseront.

Pétrole brut : prix et perspectives futures
3 min de lecture

Les investisseurs sont bien conscients de la volatilité des marchés des matières premières. En ce qui concerne les contrats à terme sur le pétrole brut, c’est une toute autre paire de manches avec une volatilité intrajournalière et nocturne.

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

Par exemple, sur la base de la fourchette de lundi (86,82 – 92,10 dollars), la fluctuation du prix d’un contrat est de 5 280 dollars. Cela n’inclut pas toutes les variations intrajournalières qui peuvent entraîner des mouvements de 1 000 à 2 000 dollars en quelques minutes.

Toutes les références de prix dans cet article seront basées sur le contrat à échéance du mois précédent en utilisant les données de la plateforme Tradestation.

Aperçu général

Certains spécialistes fixent le plancher du pétrole brut pendant la pandémie à un chiffre négatif, comme le creux de – 6,43 dollars d’avril 2020. Pour cet auteur, il s’agissait d’une anomalie ponctuelle induite par des transactions frénétiques à un moment où le monde était à l’arrêt.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Bien que le plancher d’avril basé sur les données de TradeStation soit de 5,12 dollars, la réalité est que le temps passé sous la barre des 10 dollars en avril et mai a été bref. Une fois que le contrat a prouvé qu’il pouvait tenir les 20 dollars en novembre, parallèlement aux réouvertures mondiales, le rythme de la reprise s’est considérablement accéléré.

Cette zone a été revisitée en juin, mais jusqu’à présent, le contrat de septembre a été à deux chiffres pendant tout le mois d’août.

L’opinion des experts

Pendant tout le rallye du pétrole brut, les contrats ont été en backwardation par opposition au contango normalisé.

Contango et backwardation sont des termes utilisés pour définir la structure de la courbe à terme. Le premier signifie que le prix d’un contrat à terme est plus élevé que le prix au comptant. En revanche, en cas de backwardation, le prix du contrat à terme est inférieur au prix au comptant.

En termes simples, les experts estiment que les prix élevés du pétrole brut ne sont pas viables à long terme et que soit l’offre augmentera, soit la demande diminuera, ce qui entraînera une baisse des cours.

Pourquoi une telle volatilité ?

Alors que les investisseurs tentent de déterminer si l’économie américaine se dirige vers une récession qui n’a que trop duré, tout porte à croire que l’économie chinoise ralentit.

Un déclin simultané des deux économies réduira sans doute la demande de pétrole à un moment où l’offre atteint son maximum pour profiter des prix relativement élevés du brut.

Comme en témoignent certaines données économiques clés publiées par la Chine cette nuit, inférieures aux attentes, le gouvernement de Pékin est en train de réduire ses taux d’intérêt afin de relancer l’économie. En raison de la faiblesse des données, les prix à terme du pétrole brut ont atteint un nouveau creux de cinq mois et tentent de rebondir.

Le pétrole progresse

En partant du principe que les planchers pandémiques du pétrole brut étaient artificiellement déprimés et que les récents sommets étaient artificiellement gonflés, quelle est la juste valeur pour l’avenir ?

Pour l’instant, les experts tablent sur des prix plus bas, car le produit de base reste en backwardation. Si les écarts entre les contrats à un mois rapproché commencent à se resserrer, passant d’une décote négative d’environ 1,50 dollar à une parité, voire à un contango, la thèse haussière à long terme et des prix soutenus de plus de 100 dollars ou plus pourraient être validés.

Pour l’instant, la menace de récessions mondiales et le remplacement éventuel des combustibles fossiles soutiennent la thèse baissière des contrats à terme sur le pétrole brut.

Photo disponible sur Shutterstock.