Le dollar est-il toujours l’étalon-or des devises ?

Selon cet analyste, aucun pays n'est en mesure de défier la force économique et la puissance financière réunies des États-Unis, du moins pour le moment.

Le dollar est-il toujours l’étalon-or des devises ?
2 min de lecture

Après de milliers de milliards de dollars investis par le gouvernement américain dans les plans de relance depuis le début 2020 et avec une inflation à son plus haut niveau en plus de 40 ans, certains investisseurs craignent que la dépréciation menace la position de longue date du dollar en tant que monnaie de réserve préférée du monde.

Contrairement à ce que tout le monde en pense, l’analyste de Bank of America, Aditya Bhave, a déclaré jeudi que l’expansion massive du bilan de la Réserve fédérale n’avait pas dévalué la pièce.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Les chiffres

En fait, le fonds Invesco DB US Dollar Index Bullish Fund (NYSE:UUP) a augmenté globalement de 3,4 % depuis janvier 2020 et de 9,4 % au cours des 12 derniers mois.

Bhave affirme que le dollar a bien résisté d’abord à l’inflation, puis aux conséquences des sanctions américaines envers la Russie.

Certains investisseurs craignent que le dollar ne perde son statut de première monnaie de réserve mondiale si d’autres pays se convainquent que les réserves de leur banque centrale ne soient gelées d’une manière similaire à ce qui s’est passé avec la Russie. Cependant, il faudrait que ceux-ci fassent quelque chose d’énorme pour que cela se produise, et rien ne garantit que le pays contrôlant n’importe quelle devise ayant théoriquement remplacé le dollar ne ferait pas la même chose.

Pas de compétition

Dans le même temps, Bhave soutient qu’aucun autre pays, y compris la Chine, n’est actuellement en mesure de défier la force économique et la puissance des marchés financiers américains réunies.

« Alors que les principaux partenaires commerciaux de Pékin pourraient effectivement convertir une partie de leurs réserves en renminbi, le dollar est susceptible de rester la monnaie de réserve dominante dans un avenir prévisible ».

L’opinion de Benzinga

Cela peut sembler contre-intuitif, mais le marché libre a décidé que les milliers de milliards de dollars d’assouplissement quantitatif et les niveaux d’inflation américains les plus élevés depuis le début des années 80 n’ont pas eu d’impact négatif sur la valeur de la devise jusqu’à présent.

Le plus grand risque pour le dollar est que, à un moment donné, les attitudes mondiales changent de manière irréversible, mais il est impossible de savoir, pour l’instant, à quel point les États-Unis sont proches de ce point de basculement ou ce qu’il faudrait pour y arriver.