Petites ou grandes capitalisation, lesquelles choisir ?

Depuis plus de vingt ans, les actions à petite capitalisation ne sont pas seulement les plus attrayantes pour les investisseurs, mais aussi les moins chères.

Petites ou grandes capitalisation, lesquelles choisir ?
2 min de lecture

Après une autre année de performances solides en Bourse, les actions à petite capitalisation ne sont pas exactement bon marché. Et pourtant, selon l’analyste de Bank of America, Jill Carey Hall, elles sont sont moins chères par rapport aux grandes capitalisations qu’elles ne l’ont été depuis plus de deux décennies.

Les chiffres

En 2021, Hall avait déclaré que le ratio cours/bénéfice (PER) Russell 2000 des actions à petite capitalisation avait plongé de 14 %, alors que l’indice Russell 1000 des actions à grande capitalisation n’avait baissé que de 5 %.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Cet effondrement a été entraîné par une croissance flamboyante des bénéfices. À l’approche de 2022, l’analyste avait affirmé que les petites capitalisations se négociaient désormais avec une prime de 5 % par rapport à leur PER à terme historique moyen. Cependant, elles sont beaucoup plus attrayantes que les grandes capitalisations, malgré celles-ci affichent une prime de 40 % par rapport à leur PER à terme historique moyen.

Le PER Russell 2000 relatif se situe actuellement à 0,75x, touchant son creux depuis 2001 et à 25 % en dessous de la moyenne à long terme de 1,02x, explique Hall, prévoyant que cet écart de valorisation relatif se comblera au cours de la prochaine décennie.

« Notre cadre d’évaluation à long terme suggère que le Russell 2000 pourrait afficher des fortes rendements annualisés à un chiffre au cours de la prochaine décennie, par rapport à des faibles rendements annualisés à un chiffre pour le Russell 1000 (ainsi que des rendements légèrement négatifs pour le S&P 500) », a-t-il ajouté.

Les principaux secteurs d’investissement

Dans l’espace des petites capitalisations, Hall a déclaré que les secteurs de l’énergie et de la finance semblaient être les plus sous-évalués, tandis que les soins de santé se figuraient parmi les plus surévalués.

Compte tenu du prochain durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale, l’expert affirme que les petites et les grandes capitalisations ont généralement remporté des rendements moyens positifs au cours des cycles de resserrement historiques. Cependant, les bénéfices des actions à grande et à petite capitalisation sont susceptibles d’enregistrer une baisse pendant les périodes de hausse des taux.

L’opinion de Benzinga

Si vous partagez l’opinion de Hall, selon lequel la prochaine décennie sera aux petite capitalisation, vous pourriez envisager de liquider vos participations dans le SPDR S&P 500 ETF Trust (NYSE:SPY), pour investir dans l’iShares Russell 2000 ETF (NYSE:IWM).