Les hommes qui sentent une ouverture de la part de leur gestionnaire et qui estiment que leur voix est entendue sont plus susceptibles d’interrompre le sexisme au lieu de travail

5 min de lecture

Selon une nouvelle étude de Catalyst sur les hommes en Europe, 62 % des répondants dont les gestionnaires manifestent un haut niveau d’ouverture disent qu’ils sont susceptibles d’interrompre les commentaires sexistes.

Recevez des notifications avec des nouvelles, des articles et bien plus encore!

ZURICH, 4 décembre 2021 /PRNewswire/ — Selon une nouvelle étude de Catalyst, 62 % des hommes dont les gestionnaires manifestent un haut niveau d’ouverture, c’est-à-dire qui écoutent et tiennent compte de leurs idées, disent qu’ils sont susceptibles d’intervenir directement pour interrompre un commentaire sexiste. Ce pourcentage était seulement de 35 % pour les hommes dont les gestionnaires manifestent peu d’ouverture.

Réalisée en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume-Uni auprès de 2 100 hommes, l’étude révèle que 79 % des hommes dont les gestionnaires manifestent un haut niveau d’ouverture disent aussi qu’ils ont le sentiment d’être très entendus, contre seulement 34 % des hommes dont les gestionnaires manifestent peu d’ouverture.

Ce résultat n’est pas anodin, car le rapport When Managers Are Open, Men Feel Heard and Interrupt Sexism révèle également que 61 % des hommes qui se sentent plus entendus disent qu’ils sont susceptibles d’intervenir directement pour interrompre un commentaire sexiste, contre seulement 35 % des hommes qui se sentent moins entendus.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Malgré de légères variations, les pourcentages indiqués ci-dessus étaient similaires d’un pays à l’autre. Par exemple, pour ce qui est des hommes qui se sont dits susceptibles d’intervenir directement pour interrompre un commentaire sexiste, le rapport a noté les pourcentages suivants en fonction de l’ouverture des gestionnaires :

    • France : 69 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 34 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.
    • Allemagne : 59 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 34 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.
    • Italie : 66 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 28 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.
    • Pays-Bas : 56 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 40 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.
    • Suède : 59 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 32 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.
    • Royaume-Uni : 62 % parmi les répondants dont le gestionnaire fait preuve d’ouverture, contre 42 % parmi ceux dont le gestionnaire manifeste peu d’ouverture.

Selon les chercheuses de Catalyst Negin Sattari, Ph. D.Sarah DiMuccio, Ph. D. et le directeur principal de MARC (Men Advocating Real Change) Ludo Gabriele, ces résultats mettent en évidence le fait que les gestionnaires occupent une position unique qui leur permet de favoriser une culture de travail où les employés se sentent les bienvenus, même lorsqu’ils contestent les comportements sexistes.

« Les gestionnaires qui sont ouverts aux idées des employés et, de manière plus large, les milieux de travail qui donnent aux employés le sentiment d’être entendus en général peuvent encourager les hommes à exprimer leur opposition aux commentaires sexistes, a déclaré Negin Sattari, Ph. D. Les organisations et les leaders peuvent s’appuyer sur les résultats de cette étude pour élaborer une stratégie positive de lutte contre le sexisme. »

En interagissant directement avec les employés, les gestionnaires leur montrent la façon dont les choses sont faites, ce qui est considéré comme acceptable et ce qui ne l’est pas. L’étude encourage donc les gestionnaires à faire preuve d’ouverture en adoptant les pratiques suivantes :

  1. Ouvrir ses yeux et ses oreilles : Faites un effort conscient pour apprendre à connaître vos employés et pour les percevoir comme des personnes à part entière, qui ont des intérêts, des obligations et des expériences en dehors de leur vie professionnelle.
  2. Ouvrir son cœur : Favorisez l’humilité et l’authenticité en accordant plus de valeur au perfectionnement qu’au perfectionnisme.
  3. Ouvrir son esprit : Ne sous-évaluez pas les « compétences humaines ». L’expertise est certes un aspect important du rendement professionnel, mais la façon dont le travail est accompli doit être aussi importante que le résultat.

« Cette étude souligne le fait que les gestionnaires jouent un rôle véritablement essentiel pour créer un environnement où les gens sont à l’aise pour dénoncer et interrompre le sexisme, a affirmé Allyson Zimmermann, directrice exécutive de Catalyst pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Les gestionnaires ne sont pas tous habitués à se montrer ouverts, mais ce n’est qu’en encourageant ces pratiques et en les appliquant que nous parviendrons à briser le cycle du sexisme sur le lieu de travail. »

Catalyst invite les hommes qui occupent une position de leadership à donner l’exemple et à promouvoir l’égalité des sexes par le biais de son programme phare MARC (Men Advocating Real Change). Interrompre le sexisme au travail est une initiative de recherche de MARC qui explore les conditions organisationnelles qui encouragent ou découragent les hommes à intervenir lorsqu’ils sont témoins de cas de sexisme sur le lieu de travail. Ce rapport article est le quatrième de la série.

Pour en savoir plus et télécharger l’étude, cliquez ici.

À propos de Catalyst
Catalyst est une organisation mondiale à but non lucratif qui est soutenue par certains des PDG les plus reconnus et des entreprises de premier plan en vue de créer des milieux de travail propices aux femmes. Créée en 1962, Catalyst suscite le changement par un leadership éclairé de premier plan, des solutions applicables et une communauté engagée de multinationales, afin d’accélérer l’avancement des femmes vers le leadership — dans la mesure où le progrès des femmes constitue un progrès pour tous.

Contact :

Naomi R. Patton

Frances Knox

Vice-présidente, Communications mondiales

Conseillère en communications, EMOA

Catalyst

Catalyst

npatton@catalyst.org

frances@frankly-pr.co.uk