S&P 500 : pourquoi un faible ratio PEG serait-il un indicateur baissier ?

Selon l'analyste de Bank of America, Savita Subramanian, le marché boursier serait actuellement surévalué. Voici tout ce qu’il faut savoir.

S&P 500 : pourquoi un faible ratio PEG serait-il un indicateur baissier ?
3 min de lecture

Le ratio cours/bénéfices/croissance (PEG) est le rapport cours/bénéfices (P/E) d’une action divisé par le taux de croissance de ses bénéfices pendant une période donnée. En théorie, plus le PEG est faible, plus une action détient de la valeur.

Le S&P 500 n’affiche actuellement qu’un PEG à terme de 1,11, soit 21 % en dessous de sa moyenne historique. Cependant, l’analyste de Bank of America, Savita Subramanian, a déclaré lundi 15 novembre que la plupart des mesures de valorisation fondamentales suggèrent que le marché boursier est surévalué et que ce faible ratio PEG pourrait en fait n’être qu’un signe de plus de l’exubérance irrationnelle du marché.

Les chiffres

Subramanian a expliqué que le S&P 500 est statistiquement cher sur la base de 15 des 20 mesures fondamentales qu’il suit, y compris un PE de Shiller et un ratio capitalisation boursière/PIB qui sont respectivement 122,9 et 170,3 % au-dessus des moyennes historiques.

En effet, la seule raison pour laquelle le PEG du S&P 500 est si bas est que les analystes ont des attentes très élevées quant à la croissance future des bénéfices.

« Le ratio P/E attrayant sur [la croissance à long terme], ou “ratio PEG”, du S&P 500 est dû à des attentes de croissance élevées, et non pas à des valorisations faibles », poursuit l’expert.

Des attentes élevées

Les analystes prévoient actuellement une croissance des bénéfices à long terme du S&P 500 de 19 %, ce qui dépasse de loin les attentes de croissance maximale de la bulle Internet. Comme c’est le cas de nombreux indicateurs du sentiment économique et du marché, Subramanian a affirmé que les attentes de croissance à long terme ont toujours été un meilleur signal contraire que positif. À ce propos, seulement 15 des 87 entreprises qui avaient des attentes de croissance des bénéfices à long terme en 2000 ont effectivement livré au moins 20 % de LTG au cours des cinq années suivantes, a ajouté Subramanian.

Les prévisions du LTG ont historiquement eu une corrélation négative de 40 % avec les rendements à terme du S&P 500 à 12 mois. Si ce rapport devait rester en place au cours des 12 prochains mois, cela suggérerait une baisse d’environ 20 % pour le SPDR S&P 500 ETF Trust (NYSE:SPY) d’ici novembre 2022.

L’opinion de Benzinga

Anticiper les mouvements du marché est beaucoup plus compliqué que d’analyser une ou même plusieurs indicateurs, tels que les prévisions du LTG ou le PEG. Cependant, si 75 % des indicateurs de Bank of America suggèrent actuellement que les valorisations boursières sont historiquement élevées, les investisseurs doivent être préparés à la possibilité d’une forte correction dans le cas où la Réserve fédérale commence à augmenter les taux d’intérêt en 2022.