L’industrie de l’aviation s’engage à respecter l’objectif « zéro émission en 2050 » lors de la COP26

3 min de lecture

GLASGOW, Écosse, 10 novembre 2021 /PRNewswire/ — Des avions nouvelle technologie et du carburéacteur fabriqué à partir de déchets : l’industrie mondiale du transport aérien a expliqué comment atteindre son nouvel objectif climatique à long terme lors des événements de la Journée du transport à la COP26 de l’ONU, à Glasgow. Cela confirme l’engagement des compagnies aériennes, des aéroports, de la gestion du trafic aérien et des fabricants d’avions et de moteurs du monde entier à atteindre des émissions carbone net zéro d’ici 2050, en soutien à l’Accord de Paris. L’aviation est l’une des seules industries à avoir pris un tel engagement mondial.

Air Transport Action Group Logo

L’analyse détaillée dans le rapport Waypoint 2050 présente des pistes crédibles pour que le secteur du transport aérien atteigne zéro émissions de carbone. Selon l’industrie, une combinaison de nouvelles technologies, y compris le passage éventuel à l’électricité et à l’hydrogène pour certains services plus courts, d’améliorations des opérations et des infrastructures et d’une transition vers un carburéacteur durable d’ici le milieu du siècle, permettrait d’obtenir la majorité des réductions de carbone. Les émissions restantes pourraient être captées par des mesures d’élimination du carbone.


S’exprimant aujourd’hui lors d’un événement COP26 avec le gouvernement britannique, Haldane Dodd, directeur exécutif par intérim de l’Air Transport Action Group, a déclaré : « L’aviation a augmenté son ambition, conformément à la nécessité pour tous les secteurs de l’économie de mener une action rigoureuse en faveur du climat. Bien qu’ayant traversé la plus grande crise de l’histoire de l’aviation, cet objectif net zéro en 2050 montre que notre secteur a fait de l’action climatique l’une de ses plus grandes priorités. »

Il serait possible d’abandonner complètement les combustibles fossiles pour le transport aérien vers le milieu du siècle, les carburéacteurs durables fabriqués à partir de déchets et de cultures de couverture en rotation étant progressivement remplacés par des carburants produits à partir d’électricité à faible teneur en carbone. Il est important de noter que le passage à des carburants durables permettra de créer des opportunités dans l’industrie des énergies vertes dans presque tous les pays, soutenant ainsi jusqu’à 14 millions d’emplois dans le monde.

« Notre analyse montre plusieurs scénarios, avec de nouvelles options technologiques telles que les avions électriques et à hydrogène pour la flotte court-courrier, jusqu’à un passage complet au carburéacteur durable pour les opérations moyen et long-courriers. Nous avons identifié les éléments constitutifs nécessaires et l’ampleur du défi est considérable, mais avec une politique gouvernementale favorable et le soutien du secteur de l’énergie, nous pouvons y arriver. »

« Les mesures politiques du gouvernement national axées sur l’innovation et la transition énergétique sont essentielles. Nous exhortons également les États membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à soutenir l’adoption d’un objectif climatique à long terme lors de la 41e assemblée de l’OACI en 2022, conformément aux engagements de l’industrie. »