MISTRAS Group, analyse de la rentabilité des capitaux investis

2 min de lecture

Suite à l’extraction des données de Benzinga Pro MISTRAS Group (NYSE:MG) a annoncé des bénéfices troisième trimestre de 9,24 millions de dollars, en hausse de 18,8% contre deuxième trimestre. Par contre, les ventes ont chuté de 1,76% à 174,56 millions sur une base trimestrielle. MISTRAS Group a gagné 11,37 millions de dollars au deuxième trimestre, alors que les résultats de ventes ont atteint 177,68 millions de dollars.

Qu’est-ce que la rentabilité des capitaux investis ?

Toute évolution des bénéfices ou des résultats de ventes implique un changement dans la rentabilité des capitaux investis (ROCE) de MISTRAS Group. Le ROCE est un ratio qui mesure le bénéfice annuel avant impôt du capital utilisé par une société. Normalement, un ROCE élevé signale la croissance d’une entreprise, annonçant un BPA plus important dans l’avenir. Au cours du troisième trimestre, le ROCE de MISTRAS Group s’est élevé à 0,05%.


Toutefois, il ne faut pas oublier que le ROCE évalue les performances passées et qu’il ne peut pas être utilisé pour avancer des prévisions. Bien qu’il donne une idée plutôt précise des performances récentes d’une société, plusieurs facteurs sont susceptibles d’influencer davantage les bénéfices et les ventes sur le court terme.

La rentabilité des capitaux investis (ROCE) est un ratio très important et extrêmement utile afin de confronter l’efficience de différentes sociétés opérant dans le même segment de marché. Un ROCE tendant à la hausse pourrait indiquer des bénéfices élevés qui, si réinvestis en tant que nouveau capital, amèneront à des gains et à un BPA plus grand pour les actionnaires.

Le ROCE de MISTRAS Group indique la quantité d’actifs susceptible de porter des bénéfices majeurs, ce qui est fort intéressant aux yeux des investisseurs quand ils évaluent les perspectives d’une stratégie de financement à long terme.

Evaluation des bénéfices à venir

MISTRAS Group a publié un BPA de 0,12 dollars au troisième trimestre, qui reste au-dessous du seuil de 0,2 dollars par action prévu par les analystes.