Des chercheurs des universités Baylor et de Harvard s’associent pour une étude à long terme sur l’épanouissement humain à l’échelle mondiale

8 min de lecture

Des chercheurs de l’Université de Harvard et de l’Université Baylor lancent la plus grande initiative de ce type pour étudier les tenants et les aboutissants de l’épanouissement humain.

L’étude, intitulée « The Global Flourishing Study », est une étude annuelle sur cinq ans représentant un montant de 43,4 millions de dollars, menée auprès de 240 000 personnes dans 22 pays et portant sur un large éventail de résultats en matière de bien-être.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

WACO, Texas, 29 octobre 2021 /PRNewswire/ — Des chercheurs en sciences sociales et biomédicales de l’Université de Harvard et de l’Université Baylor ont uni leurs forces pour lancer la plus grande initiative de ce type visant à étudier les facteurs qui influencent l’épanouissement humain. Cette initiative chiffrée à 43,4 millions de dollars, intitulée « The Global Flourishing Study » (L’étude mondiale sur l’épanouissement), impliquera une étude de cinq ans sur 240 000 personnes venant de 22 pays dans le monde et une collecte annuelle de données sur un large éventail de résultats en matière de bien-être. Ce travail a dû faire appel à l’expertise de Gallup en matière de collecte et de gestion des données, ainsi qu’à la coordination des parties prenantes et au leadership en matière de science ouverte du Center for Open Science.

Researchers at Harvard University and Baylor University, in partnership with Gallup and the Center for Open Science, have launched the Global Flourishing Study, the largest initiative of its kind to investigate the factors that influence human flourishing throughout the world.

Que signifie « bien vivre » ? Être vraiment « en bonne santé » ? « S’épanouir » ? Les chercheurs et les cliniciens ont généralement répondu à ces questions en se concentrant sur la présence ou l’absence de diverses pathologies : maladies, dysfonctionnement familial, maladie mentale ou comportement criminel. Cependant, cette approche axée sur les « déficits » n’est pas très révélatrice de ce qu’est une vie bien vécue ou de ce qu’est l’épanouissement.

« La “Global Flourishing Study” est tout à fait le type de travail nécessaire pour comprendre en profondeur l’interaction des éléments clés de l’expérience humaine qui nous aident à bien vivre, à être heureux et à avoir un sens et un but », a déclaré le co-directeur du projet, le Dr Tyler VanderWeele, professeur d’épidémiologie John L. Loeb et Frances Lehman Loeb et directeur du programme Human Flourishing à Harvard, qui a publié d’importants articles sur l’évaluation de l’épanouissement humain dans des revues scientifiques de premier plan telles que JAMA et Proceedings of the National Academy of Sciences. « La conception de la recherche longitudinale nous permettra de faire progresser considérablement les connaissances scientifiques sur les tenants et les aboutissants de l’épanouissement humain. »

Le directeur du projet, le Dr Byron Johnson, professeur distingué de sciences sociales et directeur de l’Institute for Studies of Religion à l’Université Baylor, a également commenté l’importance des données pour mieux comprendre le rôle de la religion dans un contexte international : « Il s’agit d’une opportunité extraordinaire pour l’équipe Baylor-Harvard de mener une étude de panel comme celle-ci. La taille de notre échantillon étant très importante, nous serons en mesure d’examiner toutes les grandes religions du monde et le rôle, le cas échéant, qu’elles jouent dans l’épanouissement de l’être humain. »

Le panel sera composé de personnes originaires d’Argentine, d’Australie, du Brésil, d’Égypte, d’Allemagne, d’Inde, d’Indonésie, d’Israël, du Japon, du Kenya, du Mexique, du Nigeria, des Philippines, de Pologne, de Russie, de Turquie, d’Afrique du Sud, d’Espagne, de Tanzanie, d’Ukraine, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Au cours des cinq prochaines années, l’équipe analysera des données longitudinales sur les modèles, les déterminants et les composantes et causes sociales, psychologiques, spirituelles, politiques, économiques et sanitaires de l’épanouissement humain. « Il existe plusieurs exemples d’études probabilistes, représentatives au niveau national, qui suivent les mêmes personnes au fil du temps dans un seul pays », a expliqué le Dr Rajesh Srinivasan, directeur de la recherche mondiale du Gallup World Poll, « mais peu ont tenté de couvrir plusieurs pays. L’ampleur de ce projet est sans précédent et devrait apporter des informations précieuses pour les recherches internationales utilisant ce type de méthodologie. » 

La conception du questionnaire a fait l’objet d’un développement et d’une rétroaction approfondis, y compris des mois de travail pour affiner les questions, sur la traduction, les tests cognitifs et le pilotage. Ces travaux sont résumés dans un rapport détaillé de Gallup.

L’équipe de recherche s’associera au Center for Open Science pour rendre les données recueillies lors de la Global Flourishing Study en accès libre, afin que les chercheurs, les journalistes, les dirigeants politiques et les éducateurs du monde entier puissent sonder des informations détaillées sur ce qui fait une vie épanouie. David Mellor, directeur de la politique du Center for Open Science, a déclaré : « La rigueur et la transparence appliquées à cette analyse renforceront la confiance dans la recherche issue de ce travail et réduiront les obstacles à un accès mondial et équitable à ces informations. Nous sommes ravis de nous associer à ces équipes pour soutenir ce processus. »

De façon générale, l’objectif est de construire un champ d’étude développé autour de la science de l’épanouissement humain, produisant des résultats de recherche qui influenceront l’orientation des politiques sociales et de santé. Comme l’a fait remarquer Jim Clifton, PDG de Gallup, « la Global Flourishing Study est une innovation méthodologique qui peut vraiment changer le monde et réellement changer la façon dont le monde est dirigé. » VanderWeele a appuyé cette idée : « C’est une opportunité formidable. Nous sommes très impatients de voir ce que nous, et d’autres chercheurs du monde entier, allons apprendre. »

Compte tenu de son ampleur, le soutien conjoint d’un consortium d’investisseurs a été nécessaire pour rendre l’étude Global Flourishing viable financièrement, y compris le soutien de la John Templeton Foundation, du Templeton Religion Trust, de la Templeton World Charity Foundation, du Fetzer Institute, de la Paul Foster Family Foundation, de la Wellbeing for Planet Earth Foundation, du Well Being Trust et de la David & Carol Myers Foundation.

Outre Johnson et VanderWeele, les membres de l’équipe Baylor-Harvard sont les docteurs Matt Bradshaw, Merve Balkaya-Ince, Brendan Case, Ying Chen, Alex Fogleman, Sung Joon Jang, Philip Jenkins, Thomas Kidd, Matthew T. Lee, Jeff Levin, Tim Lomas, Katelyn Long, Van Pham, Sarah Schnitker, John Ssozi, Robert Woodberry et George Yancey.

À propos de l’Institute for Studies of Religion (Institut d’études des religions) de l’Université Baylor

Lancé en 2004, l’Institute for Studies of Religion (ISR) de Baylor lance, soutient et mène des recherches sur la religion, impliquant des chercheurs et des projets couvrant l’ensemble du spectre intellectuel : histoire, psychologie, sociologie, économie, anthropologie, sciences politiques, philosophie, épidémiologie, théologie et études religieuses. Notre mandat s’étend à toutes les religions, partout et à travers l’histoire, et englobe l’étude des effets de la religion sur le comportement prosocial, la vie familiale, la santé de la population, le développement économique et les conflits sociaux. Tout en s’efforçant toujours de faire preuve d’une objectivité scientifique appropriée, nos chercheurs traitent la religion avec le respect que les questions sacrées exigent et méritent.

À propos du programme Human Flourishing de Harvard

Fondé en 2016, le programme Human Flourishing de l’Institute for Quantitative Social Science de Harvard a pour objectif d’étudier et de promouvoir l’épanouissement humain, et de développer des approches systématiques pour la synthèse des connaissances entre les disciplines. Les recherches du programme contribuent à la vaste question de savoir comment les connaissances des sciences sociales quantitatives peuvent être intégrées à celles des sciences humaines sur les questions d’épanouissement humain et comment réaliser au mieux cette synthèse des connaissances entre les disciplines. Le programme espère apporter une plus grande unité aux sciences sociales empiriques et aux sciences humaines. Le programme produit des publications de recherche et parraine des activités éducatives, telles que des cours, des séminaires et des conférences, pour la communauté de l’Université de Harvard, qui visent toutes à rassembler les connaissances entre les disciplines et à réfléchir à la manière dont les connaissances des différentes disciplines peuvent former un tout cohérent.

À propos de Gallup

Gallup est une société mondiale d’analyse et de conseil qui possède plus de 80 ans d’expérience dans la mesure de l’opinion publique et du développement humain. Dans le cadre de ses propres recherches et de partenariats de travail avec des organisations gouvernementales, à but non lucratif et philanthropiques, Gallup développe des indicateurs pour mesurer dans le temps les indicateurs clés du développement mondial et de la responsabilité sociale.

À propos du Center for Open Science

Fondé en 2013, le COS est une organisation à but non lucratif de changement de culture dont la mission est d’accroître l’ouverture, l’intégrité et la reproductibilité de la recherche scientifique. Le COS poursuit cette mission en créant des communautés autour des pratiques de la science ouverte, en soutenant la recherche en métascience, et en développant et en maintenant des outils logiciels gratuits et open source, notamment l’Open Science Framework (OSF). Pour en savoir plus, rendez-vous sur cos.io.

Contact : Alex Fogleman, Ph.D., Chef de projet GFS, Institute for Studies of Religion, Baylor University, Alex_Fogleman@baylor.edu

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/1672165/GFS_baylor_University.jpg