Le Medicines Patent Pool et MSD concluent un accord de licence sur le molnupiravir, un antiviral oral expérimental contre la COVID-19, pour un meilleur accès dans les pays à revenu faible et intermédiaire

11 min de lecture

MSD, Ridgeback Biotherapeutics et l’université Emory ne percevront aucune redevance sur les ventes de molnupiravir tant que la COVID-19 est considérée par l’OMS comme une urgence de santé publique de portée internationale. 

Cette collaboration marque une nouvelle étape du processus entamé par MSD il y a de nombreuses années pour rendre ses médicaments et vaccins accessibles et abordables partout dans le monde.



Vous aimez les cryptos et souhaitez vous lancer dans le trading ? La plateforme eToro vous permet d'échanger plus de 60 crypto-monnaies différentes !

Cet accord de licence est le premier obtenu par le MPP sur une technologie médicale contre la COVID-19.

GENÈVE, 27 octobre 2021 /PRNewswire/ — Le Medicines Patent Pool (MPP) et MSD (nom de la société américaine Merck & Co., Inc, dont le siège se situe à Kenilworth dans le New Jersey, aux États-Unis), ont annoncé ce jour la signature d’un accord de licence volontaire visant à faciliter l’accès à un prix abordable et partout dans le monde au molnupiravir, un antiviral oral expérimental contre la COVID-19. Cet accord va permettre de garantir un large accès au molnupiravir dans 105 pays à revenu faible et intermédiaire une fois les approbations des autorités de réglementation obtenues. Le molnupiravir est développé conjointement par MSD et Ridgeback Biotherapeutics.

Medicines_Patent_Pool_Logo

Selon les termes de l’accord conclu avec MSD, le MPP pourra octroyer des sous-licences non exclusives à des fabricants et diversifier la base de production afin de fournir aux pays couverts par la licence du molnupiravir de qualité garantie ou pré-qualifié par l’OMS, sous réserve de son approbation par les autorités de réglementation locales. L’accord prévoit que MSD, Ridgeback Biotherapeutics et l’université Emory ne percevront aucune redevance sur les ventes de molnupiravir tant que la COVID-19 est reconnue par l’OMS comme une urgence de santé publique de portée internationale.

Charles Gore, directeur exécutif du MPP, a déclaré : « Les résultats intermédiaires obtenus par le molnupiravir sont probants et nous permettent de penser que ce traitement oral candidat est susceptible de devenir un outil important de la riposte à la crise sanitaire actuelle. Il s’agit de la première licence volontaire de santé publique transparente obtenue par le MPP pour une technologie médicale de lutte contre la COVID-19, et nous espérons que l’accord conclu entre MSD et le MPP encouragera d’autres laboratoires à suivre le mouvement. »

Frank Clyburn, vice-président exécutif et président de la division Santé humain de MSD, a ajouté : « MSD a pour mission de sauver et d’améliorer des vies, et ce partout dans le monde. Cet accord avec le Medicines Patent Pool est un nouvel élément important de notre stratégie multidimensionnelle visant à accélérer l’accès le plus large possible et à un prix abordable au molnupiravir, sous réserve de son approbation et de son autorisation par les autorités compétentes, pour tous les patients, y compris dans des pays où le gouvernement doit lutter davantage pour financer la santé. »

Philippe Duneton, directeur exécutif d’Unitaid et co-directeur de l’axe de travail Traitements de l’Accélérateur ACT, a déclaré : « Des traitements oraux efficaces, faciles à administrer et susceptibles de réduire le risque de développer une forme grave de la maladie peuvent être un outil important pour contribuer à endiguer la pandémie. Nous encourageons la poursuite des efforts dans le domaine des licences volontaires, pour que les habitants des pays à revenus faible et intermédiaire puissent avoir accès à des traitements autorisés par l’OMS ou par une autorité de régulation compétente. »

Le molnupiravir a été inventé à l’université Emory par Drug Innovation Ventures at Emory (DRIVE), LLC, la start-up détenue par l’université pour faire progresser la mise au point de traitements candidats précoces contre des maladies virales d’envergure internationale, et repris sous licence par Ridgeback Biotherapeutics. L’université Emory a bénéficié de subventions de recherche versées par les organismes américains DTRA (Defense Threat Reduction Agency) et NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases).

Gregory L. Fenves, président de l’université Emory, a expliqué : « La licence octroyée au Medicines Patent Pool sur le molnupiravir va renforcer la santé publique mondiale et répondra à des besoins médicaux jusque-là insatisfaits, contribuant ainsi à la mission d’Emory qui est de servir les intérêts de l’humanité. La recherche innovante et la collaboration entre les organisations jouent un rôle primordial dans la lutte contre la COVID-19. »

Wendy Holman, directrice générale de Ridgeback Biotherapeutics, a affirmé : « Nous sommes ravis de collaborer avec le MPP pour faire en sorte que des versions génériques de qualité garantie du molnupiravir puissent être mises au point et distribuées au plus vite une fois qu’elles auront été approuvées par les autorités de régulation. Cet accord de licence est un nouvel exemple formidable de la manière dont les organisations gagnent à créer des partenariats et des collaborations pour ne pas agir seules et être en mesure de relever les défis de la santé mondiale.

MSD et Ridgeback Biotherapeutics ont récemment annoncé avoir déposé une demande d’autorisation d’urgence pour le molnupiravir auprès de la FDA des États-Unis, et travaillent aujourd’hui activement aux côtés d’autres autorités de régulation du monde entier. Une fois approuvé, le molnupiravir pourrait devenir le premier antiviral oral disponible pour le traitement de la COVID-19. Cette demande d’autorisation prend appui sur les résultats positifs obtenus dans le cadre d’une analyse intermédiaire de la phase 3 de MOVe-OUT, une étude globale de phase 3 avec répartition aléatoire, contrôlée contre placebo, à double insu et multicentrique de patients adultes non hospitalisés atteints d’une forme légère ou modérée de COVID-19 confirmée en laboratoire et présentant au moins un facteur de risque d’évolution vers une forme grave de la maladie ou le décès. De plus, MSD a annoncé le début d’un processus de révision continue du molnupiravir par l’Agence européenne des médicaments pour le traitement de la COVID-19 chez l’adulte.

Consulter l’accord de licence 

Le Medicines Patent Pool invite les fabricants du monde entier à faire part de leur intérêt pour obtenir une sous-licence permettant la production et la vente du molnupiravir dans le territoire de la licence :

À propos du molnupiravir

Le molnupiravir (MK-4482 et EIDD-2801) est une forme expérimentale administrée par voie orale d’un puissant analogue ribonucléosidique qui inhibe la réplication du SARS-CoV-2, l’agent causal de la COVID-19. Le molnupiravir s’est révélé actif dans plusieurs modèles précliniques du SARS-CoV-2, y compris pour la prophylaxie, le traitement et la prévention de la transmission. De plus, les données précliniques et cliniques montrent que le molnupiravir est actif contre les variants les plus courants du SRAS-CoV-2.

Le molnupiravir est aussi évalué en prophylaxie post-exposition dans le cadre de MOVe-AHEAD, une étude globale de phase 3 multicentrique, avec répartition aléatoire, à double insu et contrôlée contre placebo, afin de déterminer l’efficacité et l’innocuité du molnupiravir pour contrer la propagation de la COVID-19 au sein des foyers. Pour plus d’informations, veuillez consulter http://msdcovidresearch.com (en anglais).

À propos de MSD

Depuis plus de 130 ans, MSD invente pour la vie, produisant des médicaments et des vaccins pour un grand nombre des maladies les plus éprouvantes au monde afin de mener à bien sa mission de sauver et d’améliorer des vies. MSD est le nom américain de Merck & Co., Inc., dont le siège est situé à Kenilworth, dans le New Jersey, aux États-Unis. Nous démontrons notre engagement envers les patients et la santé de la population en améliorant l’accès aux soins de santé grâce à des politiques, programmes et partenariats d’envergure. Aujourd’hui, MSD demeure à l’avant-garde des recherches visant à prévenir et à traiter les maladies qui menacent les gens et les animaux, notamment le cancer, les maladies infectieuses comme le VIH et l’Ebola ainsi que les maladies animales émergentes, tout en aspirant à devenir la principale société biopharmaceutique axée sur la recherche dans le monde. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.msd.com et suivez-nous sur Twitter, LinkedIn, et YouTube.

À propos du Medicines Patent Pool

Le Medicines Patent Pool (MPP) est une organisation de santé publique soutenue par les Nations Unies, dont la mission est d’améliorer l’accès à des médicaments essentiels dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et de faciliter la mise au point de tels médicaments. Au travers de son modèle économique innovant, le MPP collabore avec la société civile, les gouvernements, des organisations internationales, l’industrie, des groupes de patients et d’autres acteurs afin d’établir des priorités, de délivrer des licences sur les médicaments indispensables et de centraliser les actifs de propriété intellectuelle pour faciliter la fabrication de médicaments génériques et l’élaboration de nouvelles formulations. À ce jour, le MPP a signé des accords avec 11 titulaires de brevets pour 13 antirétroviraux contre le VIH, une plateforme technologique sur le VIH, trois antiviraux à action directe contre l’hépatite C, un traitement contre la tuberculose, une technologie à action prolongée, et un traitement antiviral oral expérimental contre la COVID-19. Le MPP a été créé par Unitaid, qui reste son principal bailleur de fonds. Le travail du MPP sur l’accès aux médicaments essentiels est également financé par la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC). Les activités du MPP dans le domaine de la lutte contre la COVID-19 bénéficient du soutien financier du gouvernement japonais et de la DDC. Pour en savoir plus, consultez notre site web www.medicinespatentpool.org) et suivez-nous sur Twitter, LinkedIn et YouTube.

Déclarations prospectives de Merck & Co., Inc., Kenilworth, N.J., États-Unis

Ce communiqué de presse de Merck & Co., Inc., Kenilworth, N.J., États-Unis (la « Société ») contient des « déclarations prospectives » (forward looking statements), au sens des dispositions libératoires de la loi américaine de 1995 intitulée Private Securities Litigation Reform Act. Ces déclarations sont fondées sur les convictions et les prévisions actuelles de la direction de la Société et sont exposées à de nombreux risques et incertitudes. Rien ne garantit que les produits au stade expérimental recevront les approbations nécessaires des organismes de réglementation ou qu’ils auront un succès commercial. Si les postulats comptables se révélaient inexacts, ou si certains risques ou incertitudes venaient à se matérialiser, les résultats réels pourraient s’écarter sensiblement de ceux formulés dans les déclarations prospectives.

Ces risques et incertitudes comprennent, sans s’y limiter, les conditions générales du secteur et la concurrence ; les facteurs économiques généraux, notamment les fluctuations des taux d’intérêt et des taux de change ; l’impact de la pandémie mondiale de maladie à coronavirus 2019 (COVid-19) ; les effets de la réglementation de l’industrie pharmaceutique ou de la législation en matière de soins de santé aux États-Unis et à l’international ; les tendances mondiales en matière de limitation des coûts de soins de santé ; les percées technologiques et les nouveaux produits et les brevets des concurrents ; les défis inhérents au développement de tout nouveau produit, notamment l’obtention de l’approbation réglementaire ; la capacité de la société à prédire précisément les conditions futures du marché ; les difficultés ou les retards de production ; l’instabilité financière des économies internationales et le risque pays ; la dépendance à l’égard de l’efficacité des brevets de la société et des autres protections relatives aux produits innovants, ainsi que le risque de faire l’objet d’actions judiciaires, y compris les litiges sur les brevets, ou de mesures réglementaires.

La société n’est aucunement tenue de publier des mises à jour de ses déclarations prospectives à la suite de nouveaux renseignements, d’événements futurs ou de quelque fait que ce soit. D’autres facteurs susceptibles d’entraîner une différence notable entre les résultats réels et les résultats décrits dans les déclarations prospectives sont énoncés dans le rapport annuel 2015 de la Société établi sur le formulaire 10-K et dans les autres documents déposés par la Société auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis et accessibles sur le site Internet de cette dernière (www.sec.gov).

MSD_