La hausse des rendements du Trésor à 10 ans n’est « pas un signe baissier » pour le S&P 500

Voici l'opinion de Stephen Suttmeier, analyste chez Bank of America.

La hausse des rendements du Trésor à 10 ans n’est « pas un signe baissier » pour le S&P 500
2 min de lecture

La hausse des taux d’intérêt est généralement considérée comme une mauvaise nouvelle pour les cours des actions. La sagesse populaire suggère que des taux plus élevés augmentent le coût du capital pour les entreprises qui empruntent de l’argent, ce qui pourrait freiner la croissance économique.

Cependant, l’analyste de Bank of America, Stephen Suttmeier, a nié mardi que la hausse des rendements du Trésor américain à 10 ans est un signe baissier pour le SPDR S&P 500 ETF Trust (NYSE:SPY) depuis au moins 15 ans.

Les chiffres

En remontant à 2005, Suttmeier a constaté que le S&P 500 avait bondi de 69,3 % alors que le rendement du Trésor américain à 10 ans augmentait d’au moins 0,1 %, avec une rentabilité moyenne de 1,18 %. À cette époque-là, les titres négociés à la Bourse de New York bénéficiaient également d’un certain optimisme dans 73,3 % des cas. L’étendue du marché fait référence à la quantité d’actions qui évoluaient en accord avec l’ensemble du marché.

En revanche, les jours où ledit rendement baissait d’au moins 0,1 %, le S&P 500 n’augmentait que de 20 %, marquant une rentabilité moyenne de – 1,9 %.

Pour l’instant, Suttmeier soutient que le S&P 500 traverse une phase corrective depuis début septembre.

Vers la fin du mois, la hausse des rendements des bons du Trésor à 10 ans a coïncidé avec une amélioration de l’ampleur du marché. Alors que le S&P 500 a touché des sommets et des creux ces dernières semaines, Suttmeier affirme que la moyenne mobile à 200 jours de l’indice laisse entendre que toute négociation à la baisse n’est à présent qu’une correction dans le cadre d’une tendance haussière à plus long terme.

Les niveaux clés à suivre

Suttmeier a affirmé que les investisseurs à la recherche d’une cassure haussière de la correction devraient suivre la moyenne mobile à 50 jours et la zone d’écart baissier du 28 septembre d’environ 4 419 à 4 437 comme zone de résistance technique clé.

« Bien que cette zone de résistance soit intacte, le SPX reste dans sa phase corrective (rotative) avec des supports à 4 306-4 288 (creux correctifs), 4 257-4 233 (cassure/réévaluation d’été), 4 168-4 164 (creux de juin) et 4 158 (moyenne à 200 jours en hausse) », a-t-il expliqué.

L’opinion de Benzinga

La hausse des taux d’intérêt et d’inflation sont particulièrement difficiles pour les actions technologiques à forte croissance qui dépendent de l’emprunt d’argent pour financer leur développement et qui sont évaluées en fonction des bénéfices à venir. Cependant, les taux d’intérêt augmentent généralement pendant les périodes de forte croissance économique et ils peuvent être rassurants pour les investisseurs préoccupés par l’état de santé de l’économie.

Photo Trésor américain