Dogecoin : toute l’actu du 28 septembre 2021

Le crypto-mème canin à l’effigie du shiba continue à perdre du terrain. Voici tout ce qu’il faut savoir.

Dogecoin : toute l’actu du 28 septembre 2021
2 min de lecture

Le prix du dogecoin (CRYPTO:DOGE) a chuté de 3,27 % à 0,20 dollars au cours des 24 heures précédentes la publication de cet article.

Que se passe-t-il ?

Le jeton à l’effigie du shiba a chuté a perdu 3,28 % de sa valeur sur une période de sept jours.

Cependant, il a remporté + 0,74 % et + 3,34 % respectivement contre le bitcoin (CRYPTO:BTC) et l’éthereum (CRYPTO:ETH).

Depuis le début de l’année, le prix du DOGE a flambé de 3 441,65 %, sauf plonger de 26,62 % et 20,25 % au cours des 30 et 90 derniers jours.

Pourquoi ?

Le DOGE s’est teint de rouge au même rythme que d’autres jetons majeurs, alors que la capitalisation boursière mondiale de la cryptographie a baissé de 4 % à 1,96 billion de dollars, selon les données de CoinGecko.

Consultez également : La Chine bloque les agrégateurs de données de crypto-monnaie

Le DOGE suscitait un faible intérêt sur Twitter au moment de la publication de cet article, avec 1 590 mentions, selon les données de Cointrendz, alors que le BTC et l’ETH faisaient tendance avec 6 043 et 4 158 tweets respectivement.

La récente campagne de répression des autorités chinoises à l’égard des crypto-monnaies s’est traduite dans le rejet de tout nouveau client par les cryptos-marchés locaux, tels que Huobi.

Au même temps, l’utilisation de la DeFi augmente car ce type d’opérations ne nécessitent que d’un portefeuille crypto sans aucun KYC et peuvent être configurés en « quelques minutes », a déclaré Jonas Luethy, trader chez le courtier britannique d’actifs numériques GlobalBlock.

Cette semaine, Robinhood Market Inc (NASDAQ:HOOD) a annoncé être en train de tester les portefeuilles crypto, ce qui pourrait enfin amener à l’autorisation des opérations DeFi.

Les inquiétudes concernant un durcissement des politiques ont pesé sensiblement sur les jetons principaux, y compris le DOGE.

Le directeur juridique de Kraken, Marco Santori, a affirmé que l’industrie de la crypto-monnaie devrait se préparer à « une réglementation plus semblable à celle de Wall Street aux États-Unis et à l’international ».

Les premiers signes de ce nouvel état des choses apparaissent déjà alors que Singapour s’ajoute à la liste des pays ayant bloqué Binance, le plus grand crypto-marché au monde en termes de volume des opérations.

Parmi les pays ayant censuré Binance figurent également le Royaume-Uni, l’Italie et Hong Kong, tandis que la Malaisie s’est limitée à une réprimande.