« Grains of Truth » : Nouvelle recherche mondiale EAT-GlobeScan sur les systèmes alimentaires sains et durables

5 min de lecture

L’accessibilité et la disponibilité sont les plus grands défis d’une alimentation saine et durable

OSLO, Norvège, 23 septembre 2021 /PRNewswire/ — Seule la moitié de la population mondiale (53 %) pense que l’achat d’aliments sains et durables est une tâche facile, selon une nouvelle étude de recherche menée par GlobeScan, une société de conseil en perspectives et en stratégie, et EAT, l’organisation à but non lucratif basée sur la science pour la transformation du système alimentaire mondial. Cependant, les plus grands obstacles pour ceux qui rencontrent des difficultés pour acheter des aliments sains et durables sont l’accessibilité (48 %) et la disponibilité (36 %), et un quart des personnes disent ne pas savoir ce qu’est un aliment sain et durable.


Les conclusions de ce nouveau rapport, Grains of Truth (Grains de vérité), portent sur l’opinion de plus de 30 000 consommateurs de 31 marchés dans le monde au sujet de leur définition d’une bonne alimentation saine et durable. L’enquête a également interrogé ces personnes sur d’autres défis, y compris leurs plus grandes préoccupations au sujet de la production alimentaire et les défis auxquels ils font face pour acheter des aliments sains et durables, et leur a aussi demandé qui, selon eux, peut avoir le plus grand impact positif sur la création d’un système alimentaire plus sain et durable. Cette recherche a été menée dans le cadre de l’activité entourant le Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations Unies, où EAT a dirigé la piste d’action 2 axée sur l’évolution de la consommation vers des modèles durables.

Alors que beaucoup de personnes ont du mal à comprendre ce qu’est une alimentation saine et durable, il est cependant largement accepté que les deux termes ont des significations différentes. Les descriptions les plus populaires des aliments sains sont : nutritifs (47 %), biologiques (47 %) et non transformés/complets (44 %). Les trois principales descriptions des aliments durables sont : bons pour l’environnement (51 %), biologiques (42 %) et cultivés localement (34 %).

Différentes générations ont des points de vue similaires sur les aliments durables, mais les différences résident dans la notion d’aliments sains. Les membres de la génération Z sont les plus susceptibles de décrire les aliments sains comme étant savoureux et nutritifs, tandis que les baby-boomers les associent aux aliments non transformés/entiers et cultivés localement.

Lorsqu’on examine certains des problèmes du système alimentaire, les deux plus grandes préoccupations sont l’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques (81 %) et les déchets plastiques à usage unique provenant des emballages alimentaires (78 %). Ceux-ci sont suivis de près par la faim et l’obésité, avec 76 pour cent des interrogés déclarant être préoccupés par les deux questions. Ces préoccupations sont étayées par le fait qu’une personne sur 11 souffre de faim chronique et qu’un tiers de la population mondiale est en surpoids. La question qui préoccupe le moins la population est le transport des aliments.

Il est peut-être surprenant de constater que les préoccupations au sujet de chacune des questions ont tendance à augmenter avec l’âge, la génération Z étant en moyenne la moins préoccupée et les baby-boomers la plus préoccupée. D’un point de vue régional, ce sont les consommateurs d’Amérique latine, d’Afrique et d’Europe du Sud qui expriment les plus vives préoccupations au sujet du système alimentaire.

Près de la moitié des consommateurs (46 %) estiment que la responsabilité d’apporter des changements positifs pour créer un système alimentaire plus sain et plus durable incombe aux gouvernements nationaux. Plus du tiers (37 %) des personnes interrogées estiment que les entreprises du secteur agroalimentaire et des boissons sont les mieux placées pour y parvenir, tandis que 23 pour cent estiment que les gens comme eux sont en mesure d’influencer un changement positif, et une personne sur huit (15 %) considère les jeunes comme de puissants agents du changement.

Au sujet de la recherche, le Dr Gunhild Stordalen, fondateur et président exécutif de l’EAT, a déclaré : « Il y a beaucoup d’éléments à encourager dans cette recherche : les populations du monde entier comprennent le rôle important qu’ils peuvent jouer dans l’évolution des systèmes alimentaires grâce à leurs propres habitudes de consommation. Mais les gouvernements et les fabricants de produits alimentaires ont encore beaucoup à faire, ce sont ces acteurs que les consommateurs considèrent comme détenant le pouvoir, et donc qu’ils écouteront. Fondamentalement, même si les gens veulent adopter des habitudes alimentaires plus saines et plus durables, ils ne croient pas pouvoir le faire car, selon eux, les produits sont vendus trop chers ou sont difficiles à trouver. C’est un aspect sur lequel les décideurs, les détaillants et les fabricants doivent travailler et s’améliorer, afin que nous puissions tous travailler ensemble pour favoriser des habitudes de consommation plus saines. »

Chris Coulter, PDG de GlobeScan, a déclaré : « Cette recherche opportune fournit une feuille de route sur les attentes des consommateurs à l’égard d’un système alimentaire durable. La démonstration de l’intégrité environnementale définit l’alimentation durable pour les populations du monde entier, et la préoccupation est très élevée à l’égard d’un éventail de questions touchant le système alimentaire, de l’utilisation de pesticides au plastique, en passant par l’obésité et les répercussions sur la nature. De plus, les consommateurs tiennent le gouvernement et les entreprises particulièrement responsables de la mise en place d’un système alimentaire durable, ce qui fait du Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations Unies une occasion cruciale de démontrer les progrès réalisés à l’échelle mondiale. »

La publication de cette recherche s’inscrit dans la préparation du Sommet sur les systèmes alimentaires des Nations Unies le 23 septembre 2021.

Pour télécharger un exemplaire gratuit du rapport complet, cliquez ici.